Année : 1999
Pays : USA
Catégorie(s) : Action, Policier
Genre : Fini de rire!
Acheter la série : Amazon.



LA SERIE


Il y a des séries qui laissent un goût amer de rendez-vous manqué tant elles avaient tous les ingrédients nécessaires pour connaître succès et longévité avant d'être victimes de circonstances contraires et/ou des ingérences de la production. Martial Law (Le flic de Shanghai) en est un parfait exemple: la série avait démarré sous les meilleurs auspices avec son mélange d'arts martiaux et de comédie policière assez inédit à la télévision et son trio de héros aussi complémentaires que bénéficiant d'une bonne alchimie; mais elle allait rapidement être plombée par le départ précipité d'une des actrices principales et l'inclusion forcée de deux personnages qui ne s'imposaient vraiment pas (Je vous renvoie à mon dossier sur la saison 1 pour plus de détails). Néanmoins, même si elle ne retrouva jamais la quasi-perfection des 5 premiers épisodes, la saison 1 restait sympathique et agréable et se terminait sur un cliffhanger qui donnait envie de voir la suite. Malheureusement, deux nouveaux producteurs, Lee Goldberg et William Rabkin, allaient entre-temps prendre les commandes et imposer un changement radical de direction.


La nouvelle direction, c'est bien par là?

Déjà, certains des acteurs principaux n'ayant pas renouvelé leurs contrats, impossible de filmer la résolution du cliffhanger de la saison précédente. Pas grave! Il suffit de rajouter quelques brefs dialogues pour expliquer que Sammo a survécu à sa chute mais pas Lee Hei, que le capitaine Winship s'est remis de sa blessure mais a pris sa retraite et que Louis Malone a déménagé à New York. Par contre, on ne saura jamais où est passée Melanie Georges, ni comment Grace a pu s'échapper de l'hélicoptère dans lequel elle était ligotée.


On n'a qu'à dire que j'ai atterri sur Sammo et que ça a amorti ma chute, d'accord?

De même, les scénaristes oublient que dans le dernier épisode de la saison 1, l'unité de Sammo Hung, Grace Chen et Terrell Parker était menacée de suppression (Sammo avait même carrément rendu son badge) et elle est toujours active au début de la saison 2 sous le nom de Major Crime Unit ... au grand dam des remplaçants successifs de Winship que les méthodes peu orthodoxes de nos trois héros poussent tellement vite à la démission qu'ils n'ont même pas le temps de mémoriser leurs noms.


Vous allez beaucoup nous manquer, capitaine ... heu ... capitaine Machin.

C'est dans ce contexte que débarque leur nouvelle supérieure, Amy Dylan, bien décidée à les mettre au pas mais qui finira par les apprécier et adopter leurs méthodes. Si à première vue, elle ressemble à une fusion entre le capitaine Winship et Dana Dixon, le personnage fonctionne plutôt bien et forme même un bon duo avec Grace.


Amy est prête pour sa première leçon de self défense.


Elle n'aurait pas dû porter un judogi sur lequel était inscrit "Bottez-moi les fesses, s'il-vous-plaît" (sic).


Pour les leçons suivantes, elle préférera limiter les risques.

La saison 2 ne se contente cependant pas d'un simple changement de supérieur hiérarchique et décide carrément de changer de ton pour devenir une série policière sérieuse ... alors que c'était justement son humour qui faisait son charme et lui permettait de se démarquer des autres séries mêlant policier et arts martiaux comme, par exemple, Walker, Texas Ranger avec laquelle elle fait d'ailleurs un crossover.


Que faites-vous aussi loin de votre juridiction et de votre série, sergent Walker?


Je dois retourner dans ma série. Passez me voir pour la deuxième partie.

Les premières victimes de ce changement de ton sont Sammo et Grace à qui les scénaristes décident d'ajouter des événements traumatisants à leurs passés. On apprend ainsi qu'il y a 20 ans, Sammo et 49 de ses collègues avaient été enlevés et enterrés vivants par l'organisation terroriste Scorpio et seuls quelques uns avaient réussi à s'en sortir après avoir survécu en se nourrissant de vers et d'insectes; tandis que Grace avait été obligée de regarder sa collègue se faire torturer à mort pendant des heures après avoir été démasquée lors d'une mission d'infiltration. Vu leur manque de séquelles psychologiques, on peut donc en conclure que ces deux là gèrent super-bien le syndrome de stress post-traumatique.


Un tueur yakuza avec un katana et un masque de nô? Ils ont voulu voir combien de clichés ils pouvaient caser en un un seul personnage ou quoi?


J'ai une arme et je n'hésiterai pas à m'en servir!


Moi-aussi!


Que le meilleur gagne!

Encore que ça pourrait expliquer pourquoi Sammo est devenu pratiquement bipolaire, se comportant à certains moments comme le policier zen et flegmatique que l'on connaît et à d'autres, manifestant de sérieux problèmes de gestion de la colère au point de se défouler en défonçant une porte avant de la rembourser, de menacer de casser le bras d'une personne qu'il interroge pour s'excuser ensuite le plus poliment du monde ou d'attaquer un agent fédéral dont le seul tort aura été d'avoir refusé de lui divulguer des informations top secrètes. Dans le crossover avec Walker, on le voit même se lancer dans des discours pro-peine de mort assez radicaux à base de "Il n'y a pas d'honneur sans justice" et autres "Quand on vous exécutera, mon visage sera le dernier que vous verrez."


C'est comme si Sammo n'était plus lui-même.


Attention: il est sur le point d'exploser!


Les effets pyrotechniques numériques de l'époque, c'était pas encore au point.

De même, dans la saison précédente, il lui arrivait parfois d'être victime de sa méconnaissance de la langue qui lui faisait prendre certaines expressions au pied de la lettre ou du décalage culturel qui fonctionnait dans les deux sens puisque ses collègues étaient autant (parfois même plus) déroutés par la culture chinoise que Sammo l'était par celle des États-Unis et il apprenait donc autant de leur culture qu'eux de la sienne, permettant à la série de transmettre au spectateur un message positif d'ouverture aux autres cultures. Mais ici, non-seulement les références à la culture chinoise se font rares en plus d'être très cliché, à base de discours sur "l'honneur" et "la philosophie des arts martiaux"; mais en plus, Sammo a beau affirmer "Je viens de Chine, pas de Mars", on est en droit d'avoir des doutes légitimes à ce sujet quand on l'entend poser des questions aussi surréalistes pour un adulte que "Pourquoi les héros de Gilligan's Island ont-ils emmené autant de vêtements pour ce qui aurait dû être une promenade de 3 heures en bateau?" ou "Comment fait le Père Noël quand il y a un feu dans la cheminée?"


Je déteste ces jobs saisonniers!


Ce n'est pas vraiment comme ça que je voyais notre nouvelle promotion.

Terrell aussi semble désormais souffrir de troubles bipolaires, alternant entre son personnage habituel de policier rigolard et un peu poltron et un flic badass prêt à aller affronter à mains nues une véritable armée de détenus évadés.


Mode rigolo on.


Mode badass on.


Apparemment, il a eu une promotion.


Son ex est une vraie bombe.


Mais méfiez-vous, car elle est à retardement.

En fait, c'est comme si les scénaristes se souvenaient de la saison précédente tout en ne s'en souvenant pas. Il n'y a qu'à voir comment certaines révélations sur le passé de Sammo et de Grace tiennent compte de détails qui n'y avaient été mentionnés que très brièvement (le fait que Sammo a été marié ou que Grace considère qu'il lui a sauvé la vie) tout en en contredisant d'autres (on oublie que Sammo a peu connu son père, emprisonné durant la révolution culturelle, ou que Grace est une fille de diplomate élevée aux States).


Magie des épisodes diffusés dans le désordre: Sammo perd sa voiture dans l'épisode 4 ...


... et la remplace dans la foulée ...


... pour la retrouver dès l'épisode suivant ...


... avant de revenir à sa nouvelle voiture deux épisodes plus tard ...


... pour finalement récupérer le taxi de son voisin dans l'épisode 13.


Un grand classique: l'avion qui change d'une scène à l'autre pour cause de stock shots.

En fait, la seule qui profite vraiment de cette saison 2, c'est Grace qui est enfin un bon personnage correctement exploité. Se souvenant qu'elle avait débuté la série en infiltrant l'organisation de Lee Hei, les scénaristes en font une spécialiste des missions sous couverture tout en développant sa relation maître-élève avec Sammo dans des scènes réellement touchantes. Elle a même droit à sa propre intrigue fil rouge sur laquelle je reviendrai plus tard.


À mon avis, c'est pas une vraie blonde.


Et vénale, avec ça!


Une policière qui cambriole une banque?


C'est le monde à l'envers!

À la rigueur, les changements de ton et de personnalités auraient pu passer une fois le spectateur habitué. Malheureusement, l'écriture ne suit pas et la saison enchaîne les scénarii dignes des pires séries Z: étudiants blasés commettant des attentats à base d'arme biologique pour le fun, psychiatre faisant chanter un gouverneur pour pouvoir opérer le cerveau de tueurs en série afin de prouver ses théories, anarchiste voulant répandre un gaz neurotoxique sur la ville pour ramener la civilisation à l'état sauvage ou une connerie du genre, etc. Le pire, c'est que ces histoires seraient certainement mieux passées si la série avait conservé l'ambiance fun et bon enfant de la saison 1. Certes, elles seraient restées stupides mais on aurait au moins eu l'impression que la série assumait sa propre connerie, tandis que là, le ton sérieux ne fait que renforcer la débilité de l'ensemble. D'ailleurs, les rares épisodes qui renouent avec le style de la saison précédente sont justement les meilleurs, même quand il y est question d'un chien bionique.


Oui, j'ai bien dit "chien bionique".


Même quelque chose d'aussi cool qu'un combat opposant Sammo Hung à Mark Dacascos ne peut sauver un scénario catastrophique.


Surtout quand il s'aggrave d'une comedy relief tellement insupportable (circonstance aggravante: l'actrice joue atrocement mal) qu'on se surprend à espérer que les méchants arriveront à la buter.

Dans ces conditions, il ne fallait pas s'attendre à des miracles concernant les ennemis récurrents et au charismatique Lee Hei succède Scorpio, une organisation terroriste ambitionnant de conquérir le monde avec des plans dignes de méchants de James Bo ... non, pardon: de méchants de MOCKBUSTERS de James Bond (drogue supprimant les inhibitions, prise de contrôle de l'arsenal militaire, suppression des transports aériens, neutralisation des systèmes électroniques) et dont le gimmick est que ses membres se sont fait implanter des capsules de poison dans l'auriculaire qu'ils se brisent quand ils échouent dans leur mission ou sont sur le point d'être capturés.


Vous ne m'aurez pas vivant!


D'où la nécessité de les opérer après arrestation.


Terrell lui-même se croit dans James Bond ...


... avec sa caméra qui détecte les capsules de poison ...


... et filme à travers les murs.

Néanmoins, au tout début, j'ai eu un soupçon d'espoir car la voix du mystérieux chef de l'organisation connu uniquement sous le nom de The One était assurée par le génial Tim Curry qui lui donnait un côté théâtral et grandiloquent. Las! Quand le personnage apparaît enfin à visage découvert, il est remplacé par Christopher Neame qui essaye de le jouer de la même façon mais avec un sérieux qui le rend ridicule de cabotinage, là où Curry aurait su lui apporter un côté fun.


The One dirige l'organisation dans l'ombre.


Qui êtes-vous et qu'avez-vous fait de Tim Curry?

Avec des ennemis aussi peu intéressants, quand ils ne sont pas carrément ridicules, il va sans dire que l'intrigue fil rouge tournant autour de leurs plans de conquête mondiale et de la vendetta opposant The One à Sammo qu'il rend responsable de la mort de son frère n'est guère passionnante; mais il y a deux autres intrigues qui auraient pu sauver cette saison 2. La première concerne Sammo dont on apprend la vraie raison pour laquelle il est resté aux États-Unis après avoir arrêté Lee Hei. On savait en effet depuis la saison précédente qu'il avait été marié et celle-ci nous révèle qu'il a également un fils nommé Xian qu'il a dû élever seul après la mort de son épouse, le formant aux arts martiaux en se comportant moins comme un père que comme un professeur sévère et intransigeant, au point que ce dernier avait fini par fuir le domicile familial pour se réfugier aux États-Unis où il est devenu un spécialiste des combats clandestins sous le nom de Lone Wei.


Conflit de génération.

Sur le papier, c'est une excellente idée qui humanise Sammo en le présentant sous un jour faillible, s'étant aliéné son propre fils et cherchant à le retrouver pour corriger son erreur et se réconcilier avec lui, ce qui est d'autant moins gagné que Xian lui en veut tellement qu'il va jusqu'à rejoindre les rangs de Scorpio pour se venger. Les auteurs ont même la bonne idée de faire monter la tension en prennant leur temps pour le faire apparaître dans la série, se contentant de décrire à quel point il est redoutable combattant ou lui faisant rosser Grace hors-champ en 3 secondes chrono. Et quand on le voit enfin, c'est d'abord en silhouette avant qu'il n'apparaisse réellement dans le double épisode final.


Avant cela, on ne l'avait vu que sur une très vieille photo.

Et là, c'est le drame et ce pour deux raisons. La première est que si l'interprète de Xian, Sung Kang, est un excellent combattant, il joue TRÈS mal. Rarement acteur aura autant donné l'impression de réciter son texte (pour sa défense, il n'est pas aidé par des répliques aussi peu naturelles que "À ce moment, tu as cessé d'être mon professeur et tu es redevenu mon père."), au point que j'avais d'abord pensé que, comme pour Sammo Hung, c'était parce que l'anglais n'était pas sa langue natale; mais vérification faite, il n'a même pas cette excuse.


Une des rares expressions faciales de Sung Kang.

Et la deuxième raison est celle pour laquelle il en veut tellement à son père et là, tenez-vous bien parce que c'est du lourd: ce n'est pas à cause de son entraînement trop sévère ou parce qu'il était absent quand sa mère est morte. Non, non, c'est parce que Sammo ... ne l'a pas laissé participer à un tournoi d'arts martiaux! Et attendez, c'est pas fini, son paternel lui révèle alors que c'était parce que lui-même y avait participé 6 fois mais avait toujours fini 2eme et qu'il voulait lui éviter de vivre ça et hop, réconciliation quasi-immédiate! Tout l'art de ruiner une excellente idée par une résolution ridicule de facilité.


Comme quoi, il y a pire que le Martha de Batman V Superman.

Quant à la dernière intrigue fil rouge, elle concerne Grace qui infiltre le milieu des combats clandestins dans l'espoir d'y trouver Xian et tombe amoureuse de Kyle Strode, un organisateur à la moralité douteuse.


Enter the Lady Dragon.


Grace met les pieds dans les combats clandestins et dans la figure des participants.


Ça tourne mal.


Kyle Strode a profité de ce que j'étais K.O. pour me déshabiller et me mettre dans son lit?


Aucune raison de ne pas lui faire confiance!


Pour sa défense, quand Grace lui sautera dessus après avoir été droguée à son insu ...


... il recourra à des mesures drastiques pour ne pas profiter de la situation.

Là encore, c'est une très bonne idée qui place Grace dans une situation ambiguë où elle devra tôt ou tard choisir entre ses sentiments pour Strode et son devoir de policière qui l'oblige à l'arrêter. Et là encore, la résolution gâche tout puisque après lui avoir révélé qu'il est en réalité un agent du FBI chargé d'enquêter sur Scorpio, Strode la livre à l'organisation afin de rejoindre leurs rangs. Grace sera secouru in extremis par ses collègues qui lui révéleront que si Strode était bien un agent du FBI, il n'a jamais été chargé d'enquêter sur Scorpio et ses supérieurs étaient sans nouvelle de lui depuis plusieurs mois. Le problème, c'est que les scénaristes casent dans le même épisode les deux retournements de situation (Strode qui est en réalité un policier et le fait qu'il trahisse Grace), ce qui fait qu'on n'a pas suffisamment le temps de s'habituer à l'idée qu'il est en réalité un gentil pour être choqué par sa trahison. En fait, je soupçonne les scénaristes de s'être dit au dernier moment:


- Ah, mince, mais comme Strode est censé être un criminel, ça ne surprendra personne qu'il trahisse Grace. Comment on va faire?
- On n'a qu'à dire juste avant que c'est un policier infiltré. Ça devrait suffire.

Néanmoins, comme Strode avait tenté de lui dire quelque chose juste après l'avoir trahie mais n'en avait pas eu le temps et s'était enfui dès l'arrivée de la cavalerie, un doute subsiste pour Grace et le spectateur: l'a-t-il vraiment trahie après s'être servi d'elle ou bien avait-il un plan pour la tirer d'affaire ensuite? Et d'ailleurs, est-il vraiment un agent fédéral qui a mal tourné, ou bien avait-il des raisons personnelles d'infiltrer Scorpio pour détruire l'organisation de l'intérieur et si oui, lesquelles? Autant de question qui resteront sans réponses.


Et dire que Grace espérait bâtir une relation solide avec lui.

On a d'ailleurs un problème d'écriture similaire avec Dennis Taggart, le fiancé d'Amy Dylan. Comme il n'apparaît que dans un seul épisode après avoir été mentionné dans la conversation 12 épisodes plus tôt, on ne connaît absolument pas ce personnage et on n'a qu'une très vague idée de sa relation avec Amy. Par conséquent, non-seulement la révélation qu'il l'a trompée avec une ex tombe autant à plat que comme un cheveu sur la soupe, mais il semble clairement n'avoir été créé que pour ajouter un enjeu dramatique dans l'épisode suivant où on apprend que Scorpio a pris le contrôle de l'avion dans lequel il se trouve pour le faire s'écraser.


Un système contrôlant les avions à distance tellement sophistiqué ...


... qu'il fonctionne avec un joystick.


Avez-vous déjà vu un méchant assez con pour ne pas fermer les yeux quand on le met de force devant un scanner rétinien?


Maintenant, oui.

À la rigueur, je veux bien accorder le bénéfice du doute aux scénaristes en supposant qu'ils prévoyaient de le développer, ainsi que Strode, dans une troisième saison teasée par le ridicule "Scorpio a deux pinces" que lance un de leurs agents avant de se suicider, suggérant que l'organisation, démantelée dans le dernier épisode, possède une deuxième branche que nos héros devront affronter tôt ou tard. Néanmoins, si la chaîne était partante pour une saison 3, Sammo Hung, mécontent de l'évolution de la série, refusa d'y participer s'il ne bénéficiait pas d'un droit de regard sur les scénarii, entraînant son annulation. J'avoue être assez partagé sur cette absence de saison 3: d'un côté, la 2 a été un tel naufrage dont les quelques bonnes idées étaient systématiquement gâchées par des problèmes d'écriture que je ne suis pas mécontent de voir la chaîne arrêter les frais, surtout si c'était pour se taper Scorpio 2, Le Retour; mais de l'autre, je ne peux m'empêcher de penser qu'une troisième saison, surtout avec une participation de l'acteur principal à l'écriture (Pour ceux qui l'ignoreraient, Sammo Hung a scénarisé 8 films et a donc une certaine expérience en la matière), aurait pu corriger le tir et permettre de quitter la série sur une meilleure impression.


Sans le vouloir, les héros offrent une très bonne allégorie de l'état de la série dans cette saison 2.


Lui, il avait eu la mauvaise idée de postuler pour un job de chef de la sécurité en même temps que Grace.

L'éditeur pressentant sans doute que peu de personnes voudraient l'acheter seule, la saison 2 est disponible en coffret avec la saison 1. Elle ne comporte ni sous-titres, ni bonus, si ce n'est la deuxième partie du crossover avec Walker, Texas Ranger (Ce qui, même s'il n'est vraiment pas terrible, reste une bonne initiative). Comme pour la saison 1, les 5 DVDs sont empilés les uns sur les autres et très délicats à sortir de leur boîtier.


Ouf, j'ai réussi à le sortir sans le casser.


Ah, zut! Les seuls sous-titres sont en égyptien.



BILAN


Concept = 1 / 5
En abandonnant l'humour et les références à la culture chinoise qui faisaient le charme et l'identité de la saison précédente, Martial Law devient une banale série policière d'action qui lorgne sur les intrigues d'espionnage à la James Bond.



Scénario (Intrigue globale) = 2 / 5
L'intrigue sur Scorpio, qui ne démarre que dans la deuxième moitié de la saison, est sans intérêt tant ces ennemis sont caricaturaux. Inversement, celle tournant autour de Sammo et son fils Xian et celle sur Grace et Strode sont parfaitement gérées avant d'être gâchées par des résolutions bâclées.



Scénario (Episodes) = 2,3 / 5
Si les quelques épisodes qui renouent avec l'ambiance légère et bon enfant de la saison précédente permettent de sauver l'honneur en alternant entre le sympathique et le très bon, la plupart ont des scénarii de séries Z rendus encore plus ridicule par leur ton sérieux. Le plus triste, c'est que même les pires épisodes ont généralement une ou deux scènes à sauver au niveau du suspense, de l'émotion ou du développement de personnage. (Voir la section épisodes pour plus de détails.)



Humour = 1 / 5
Je vais peut-être paraître injuste en notant l'humour d'une saison qui a justement décidé de prendre un virage sérieux; mais pour moi, c'est une erreur qui fait perdre à la série ce qui faisait son charme tout en accentuant la stupidité de la plupart des intrigues. Pour preuve: les meilleurs épisodes sont justement ceux qui renouent avec l'humour et la légèreté de la saison 1.



Héros = 3,5 / 5
Si cette saison 2 profite à Grace Chen (4,5 / 5) qui devient enfin un bon personnage bien développé malgré certaines révélations sur son passé qui contredisent ce qu'on avait appris sur elle dans la saison précédente, on ne peut pas en dire autant de Sammo Law (3,5 / 5) et Terrell Parker (2 / 5) dont les personnalités sont incohérentes d'un épisode à l'autre. De plus, si on excepte l'épisode avec son ex et ses quelques tentatives de drague envers Grace, Terrell est le seul à ne pas avoir droit à du développement ou à une intrigue fil rouge. Quant à la nouvelle venue Amy Dylan (4 / 5), c'est un bon personnage richement caractérisé.



Personnages récurrents = 2 / 5
Xian (2 / 5) et Kyle Strode (3 / 5) avaient le potentiel pour être d'excellents personnages, mais sont gâchés par la motivation ridicule du premier et la résolution bâclée de l'arc du deuxième qui laisse un goût d'inachevé. Quant à Dennis Taggart (1 / 5), le personnage est réduit à un simple enjeu dramatique alors qu'il aurait été intéressant de développer sa relation avec Amy sur plusieurs épisodes.



Personnages secondaires = 3,3 / 5
Un des rares points où cette saison surpasse la précédente car les ratages sont vraiment exceptionnels (l'insupportable Alison Blake ou la pauvre P.J. Garrett qui n'est développée que pour être tuée de manière totalement gratuite) et on a droit à des personnages très réussis (Ataru Nakamura, Alistair Temple et Nicole Bannion sont aussi funs qu'attachants) et même ceux qui sont plus convenus restent fort sympathiques (la famille Tyler, Jake Cord).



Antagoniste principal = 1,2 / 5
Malgré le côté personnel de l'affrontement opposant Sammo à The One, Scorpio est une organisation de méchants caricaturaux dont les plans de séries Z ne fonctionnent absolument pas dans le premier degré qui caractérise cette saison. Même la lutte de pouvoir qui oppose Ivana Bock à The One est trop superficielle pour éveiller l'intérêt.



Autres antagonistes = 1,7 / 5
Si on exepte Daniel Darius qui a une bonne motivation et un modus operandi original (ce deuxième point vaut aussi pour Don Turlington) et un effort d'écriture avec Charlton McAllister et Alana dont on ne découvre qu'au dernier moment que ce sont des criminels (et encore, pour Charlton, ça implique une fausse piste peu crédible), les antagonistes sont au mieux très convenus (industriel véreux, politicien corrompu, yakuza revanchard ...) et au pire, des caricatures ambulantes quand ils ne sont pas tout simplement inexistants (ceux de l'épisode 4 n'ont ni nom, ni personnalité, n'existant que pour se faire tabasser par nos héros lors du combat final).



Casting = 4 / 5
Si on excepte le jeu très mauvais de Sung Kang qui est quand même gênant pour incarner un personnage aussi tourmenté que Xian et la déception qu'ils n'aient pas gardé jusqu'au bout Tim Curry dans le rôle de The One, les acteurs sont très bons et excellents combattants.



Combats = 4,5 / 5
Les combats restent impressionnants et variés mais sont parfois mal filmés avec des plans trop rapprochés et un montage épileptique qui les rend difficiles à suivre, sans parler de doublures quelquefois flagrantes.



Générique = 0,5 / 5
Même ça, ils l'ont raté! Le thème d'inspiration asiatique de Mike Post est remplacé par celui complètement impersonnel de Joel Goldsmith, tandis que les références visuelles à la culture chinoise font place à un hideux badge en CGI qui s'assemble tout seul, suivi par un mauvais montage d'extraits de la série accompagné d'effets cheaps.




NOTE FINALE = 9 / 20