Année :
2006
Genre : Veux-tu gouter à la mort?
Durée: 12 épisodes de 25 min.

Avec:
Sayuri Iwata
(Ai Enma)
Kazuki Katou
(Ichimokuren)
Aya Sugimoto
(Hone Onna)
Hisahiro Ogura
(Wanyuudoo)
Kazuhiko Nishimura
(Hajime Shibata)
Saaya Irie
(Tsugumi Shibata)
Youshi Tanaka
("Master" Nishi)



Le Courrier des Enfers est un site internet auquel on ne peut accéder qu'à minuit exactement. Si on y entre le nom d'une personne qu'on déteste, la Fille des Enfers l'emportera en Enfer; mais en contrepartie, notre âme y sera également précipitée à notre mort. Beaucoup croient que ce n'est qu'une légende urbaine, mais le site existe réellement, ainsi que la Fille des Enfers, Ai Enma. C'est sur ce postulat de départ que repose la série de japanime JIGOKU SHOUJO, dont le succès lui a valu d'être également décliné sous forme de manga (c'est d'ailleurs uniquement sous cette forme que la série est connue en France, alors que les personnages récurrents y sont peu ou pas développés, rendant le manga assez peu "reader friendly") et de la série live qui nous intéresse ici.


Dans l'au-delà aussi, on a internet.


Ceci n'est pas Yahoo!


Veuillez entrer le nom de votre future victime.


Avant internet, la Fille des Enfers était contactée par la poste. Il faut vivre avec son temps.


Veux-tu gouter à la mort?

Étant donné le concept de départ, on pouvait redouter une série répétitive dont chaque épisode reprendrait la même trame scénaristique: un héros à qui on fait des misères demande à la Fille des Enfers de le venger et son tortionnaire finit en Enfer après une punition infligée par les trois comparses d'Ai Enma selon le principe "oeil pour oeil". Si certains épisodes reposent effectivement sur cette formule, il y a heureusement des variations, en particulier dans ceux mettant en scène Hajime, le journaliste qui enquête sur les agissements d'Ai Enma. Ainsi, Ouma No Migiri (l'instant du désastre) est presque entièrement raconté de son point de vue; dans Amai Yuuwaku (douce tentation), il tente de convaincre une femme qui a contactée Ai Enma de renoncer à sa vengeance; enfin, dans Seiya No Kiseki (le miracle de la nuit de Noël), il assiste aux derniers instants d'un des commanditaires d'Ai, condamné à aller en Enfer après sa mort. D'autres épisodes jouent la carte du twist final, comme le très surprenant Yakusoku No Akai Ito (le ruban rouge de la promesse), Nise No Daishou (réparation pour un mensonge) ou le double épisode final Genshisei No Yami (les ténèbres du monde actuel), particulièrement riche en révélations et en coups de théâtre.


Ai a un admirateur secret.

Les effets spéciaux sont assez inégaux. Si les pouvoirs de Hone Onna et d'Ichimokuren sont très bien rendus, de même que les scènes où Ai Enma emporte ses victimes en Enfer, d'autres trucages sont nettement moins convaincants, comme les têtes décapitées du premier épisode ou les scènes où Ai joue les passe-murailles. Le casting, en revanche, est très bon: Sayuri Iwata campe une Ai monolithique et taciturne, diamétralement opposée à la véritable personnalité de l'actrice, à tel point qu'on a du mal à la reconnaître quand on la voit dans le making of. Ses trois assistants sont aussi charismatiques que sadiques et sarcastiques avec leurs victimes. Enfin, dans le rôle de Tsugumi, la jeune débutante Saaya Irie se sébrouille plutôt bien pour son âge.


Aaah, le bon vieux truc de la main rentrée dans la manche pour faire moignon.

Série

Toku-Actrice(s) :