CONFESSIONS


La série comporte 3 épisodes de durée variable appelés "confessions", une appellation appropriée étant donné que chacun se termine par la personne ayant servi de déclencheur à l'intrigue qui vient se confesser à l'héroïne de l'épisode avant de lui laisser un don pour la remercier ou s'excuser.

Durée : 26 mn
Note : 3,3 / 5

Un épisode centré sur Yûka qui, ayant appris qu'une jeune fille venue se confesser a été dépouillée de ses économies par un host avec qui elle est elle-même autrefois sortie, décide de récupérer l'argent que ce dernier a volé. Ce premier épisode est le meilleur de la série, bénéficiant d'une intrigue correcte et introduisant bien la formule et les héroïnes qui y font preuve d'une efficacité et d'une badassitude qui leur feront hélas défaut par la suite. L'ensemble est cependant un peu gâché par quelques invraisemblances et facilités scénaristiques (Yûka et Aoi qui se reconnaissent instantanément alors qu'elles ne se sont pas vues depuis l'enfance, le téléphone-caméra de Yûka positionné pile-poile de manière à la filmer alors qu'elle est ligotée au sol).
Durée : 29 mn
Note : 2,4 / 5

Un épisode centré sur Misa qui prend sous sa protection Tokio, un enfant poursuivi par deux individus qui semblent vouloir l'enlever. Le scénario étant largement pompé sur l'épisode 28 de Kamen Rider Agito, ceux qui l'ont vu voient venir le twist final à des kilomètres. De plus, l'épisode commet une grosse faute narrative en n'expliquant pas comment l'émetteur de Yûka s'est retrouvé en possession de Tokio alors qu'il suffisait de le montrer le voler ou le ramasser par erreur avec ses billes tombées au sol. Ça aurait été plus utile que ces nombreux plans de billes roulant sur un sol blanc qui plongent le spectateur dans la perplexité. Deux-trois passages assez funs durant la course-poursuite opposant Misa et Tokio aux présumés kidnappeurs sauvent légèrement les meubles en nous arrachant quelques sourires.
Durée : 30 mn
Note : 0,3 / 5

Un épisode centré sur Aoi qui reçoit la visite surprise de son ami d'enfance Tooru avec qui elle développe une romance sans se douter que le véritable objectif de ce dernier est de dérober des documents qui permettraient à des individus peu scrupuleux de prendre possession de l'église. Ce dernier épisode est une catastrophe! Passe encore qu'il faille attendre la fin d'un premier tiers consacré à la romance gnangnan entre Aoi et Tooru avant que l'intrigue (ultra-convenue) ne daigne enfin démarrer, mais le reste du scénario massacre complètement les héroïnes en les transformant en chochottes incompétentes qui passent leur temps à échouer dans tout ce qu'elles entreprennent, le tout culminant avec une bataille finale à la conclusion honteusement bâclée!



MOYENNE = 2 / 5



Toku-Actrice(s) :