COUVERTURES


Épisode(s) : 1

Cette première couverture fait très "pulp" avec Cathy Finch (dans une tenue anachronique, l'histoire se passant en 1950) se prélassant dans un tas de billet sans remarquer la silhouette inquiétante de Charlie Marno armé d'un couteau.

Note : 3 / 5
Épisode(s) : 2

Dans un décor scientifique rétro à souhait, Carlton Webster contemple avec envie son reflet le représentant sous l'aspect du sculptural Hans, lequel suscite l'admiration d'une Linda en mode bimbo tandis que les têtes coupées (Effectivement présentes dans l'épisode) ajoutent une touche inquiétante. Une excellente couverture qui résume bien l'histoire sans en dire trop.

Note : 5 / 5
Épisode(s) : 3

On retrouve (trop) bien le thème des jeux de hasard et l'inimitié entre Reno Crevis et Sam Forney; mais cette couverture est un fourre-tout mélangeant deux scènes différentes (La roulette russe et le chop poker).

Note : 1 / 5
Épisode(s) : 4

Une Margaret Richardson zombifiée vient faire des mamours à un Logan Andrews endormi pendant que l'inquiétante sorcière Psyche apparaît à la fenêtre. Une couverture efficace qui résume bien l'histoire tandis que le sourire bienheureux d'Andrews ajoute une touche d'humour décalé.

Note : 5 / 5
Épisode(s) : 5

Della découvre horrifiée le cadavre d'Alan transpercé d'un carreau sans se douter que Richard, caché derrière un angle de mur, s'apprête à l'étrangler avec un bas. On pourrait reprocher à cette couverture de spoiler le dernier acte mais elle arrive à préserver le suspense en cachant en grande partie les visages et donc l'identité des personnages masculins. À part ça, c'est une illustration très efficace et à la composition réussie avec les personnages masculins et le carreau qui forment un cadre autour de Della.

Note : 4 / 5
Épisode(s) : 6

Mitch Bruckner s'apprête à tuer Stacy alors que la main en décomposition de Devlin Cates jaillit du sol. On a une nouvelle fois une composition très efficace avec la main, les arbres et le sol qui forment un cadre autour des autres personnages, créant ainsi un effet de "deux images en une" qui renforce l'idée qu'aucun des deux n'a encore remarqué la main cadavérique.

Note : 5 / 5
Épisode(s) : 7

Une vue en plongé de Sebastian Fielding précipité dans le vide par James Reed. Efficace mais terriblement banal.

Note : 1 / 5
Épisode(s) : 8

Trop absorbée par le comptage de ses billets, Kielbasa ne remarque pas que Marty Slash s'apprête à la matraquer à mort avec une guitare tandis que le concert en ombre chinoise derrière la vitre à l'arrière-plan permet de contextualiser la scène tout en nous suggérant que la musique va couvrir les bruits du meurtre. Une couverture très réussie.

Note : 5 / 5
Épisode(s) : 9

Un pastiche du célèbre American Gothic de Grant Wood où les Yates observent Mary Jo dans les bras d'un épouvantail (Même si on a plutôt l'impression que c'est homme déguisé en clown, ce qui rend déjà la scène bien bizarre en soi). La pleine lune, les feuilles de maïs et la grange à l'arrière-plan donnent des indications sur le lieu et l'heure et la fourche dans la main de Luisa Yates (Alors que c'est l'homme qui la tient dans le tableau original) sert de foreshadowing à la conclusion du récit. Une réussite!

Note : 5 / 5
Épisode(s) : 10

Lou Ingels s'apprête à tuer Billy Goldman avec son hachoir tandis que son pantin agrippe sa victime pour l'empêcher de fuir. Pas la meilleure couverture de la saison, mais elle donne envie d'en savoir plus.

Note : 3 / 5
Épisode(s) : 11

Une couverture complètement ratée car elle donne l'impression que Donald va abattre Judy qu'il a surprise en train de dévaliser son coffre-fort tandis que le visage de la sorcière à l'arrière-plan plonge le spectateur dans la perplexité, d'autant plus que son regard est dirigé sur Donald alors qu'il serait plus logique qu'elle fixe Judy ou son médaillon. Même la main de Judy choque car il s'agit de la gauche alors que la droite serait plus cohérente avec sa position.

Note : 0,5 / 5
Épisode(s) : 12

À terre, Ezra Thorntonberry est horrifié par l'approche du cadavre en béquilles de Bobby dont les pieds sont désormais indépendants du corps tandis que les observateurs les plus attentifs remarquent un pied de biche annonçant le sort funeste qui l'attend. Une couverture des plus efficaces ... mais qui spoile complètement la dernière scène!

Note : 2 / 5
Épisode(s) : 13

Ignorant les monstres qui l'entourent et dont le rendu hyper-réaliste rappelant les couvertures peintes d'Eerie ou Creepy contraste efficacement avec le reste de l'illustration, Jim Korman préfère dessiner une scène romantique. La couverture est sympathique et même si ça ne correspond pas à une scène de l'épisode, j'aime bien le détail du rouleau à pâtisserie - accessoire traditionnellement associé aux épouses acariâtres - dans la main de la caricature de sa femme.

Note : 4 / 5
Épisode(s) : 14

Zachary Cling présente à Sickles une Myrna au sourire inquiétant tandis qu'à l'avant-plan, la silhouette d'Enoch dont on devine le double visage observe la scène derrière ses barreaux. Même si elle met en scène les principaux personnages de l'histoire, cette couverture échoue à éveiller la curiosité de l'observateur qui ne comprend pas bien ce qu'il s'y passe. On appréciera cependant le clin d'œil à un épisode de la saison 1 avec une affiche consacrée à Ulric.

Note : 2 / 5
Épisode(s) : 15

Prisonnière de sa camisole de force (Même si sa tenue n'est pas évidente à identifier, ce qui m'oblige à retirer un demi-point), Suzie Hastings assiste impuissante au meurtre de son mari, dont le cou est transpercé par une seringue tenue par Trask. Une couverture efficace et l'ombre projetée des barreaux à l'arrière-plan crée une impression d'enfermement.

Note : 3,5 / 5
Épisode(s) : 16

Le dessinateur n'a clairement pas été inspiré par cet épisode et se contente de montrer le présentateur Horton Rivers devant la Ritter Home Boarding House. Rien d'angoissant ou qui donnerait envie d'en savoir plus.

Note : 0,5 / 5
Épisode(s) : 17

Cette couverture reprend la scène où Eddie Doran se fait fouetter par une prostituée dominatrice mais l'expression souriante de son frère Frank ne correspond pas et surtout, leurs positions respectives sont incompatibles avec le fait qu'ils sont siamois.

Note : 1 / 5
Épisode(s) : 18

Cette fois encore, le dessinateur n'est pas du tout inspiré et se contente de représenter Theodore emmené par ses parents adoptifs, les Colbert, tandis qu'on distingue le Gaines Orphanage à l'arrière-plan.

Note : 0,5 / 5



MOYENNE ≈ 2,8 / 5