ÉPISODES


La série comporte 23 épisodes de 40 minutes.

ÉPISODE 1
CITY OF HEROES


Scénario : Greg Berlanti + Andrew Kreisberg + Marc Guggenheim
Réalisation : John Behring

De retour d'un second exil sur Lian Yu qu'il s'est imposé suite aux événements de la saison 1, Oliver Queen (Arrow) doit faire face à une OPA sur sa compagnie et aux Hoods, un groupe d'imitateurs aux méthodes radicales. Dans le récit flashback, lui et ses compagnons d'infortune sont confrontés à de nouveaux intrus. Ce premier épisode explique les changements survenus entre les deux saisons et met en place le changement de méthode du héros, ainsi que des indices sur les événements à venir: l'épave de l'Amazo, une nouvelle vision du masque de Deathstroke percé d'une flèche, le triangle amoureux entre Slade Wilson (Deathstroke), Oliver et Shado (Révélé de manière pas subtile pour deux sous) et même la construction de l'accélérateur de particules de Central City qui annonce la série Flash. Même le petit discours qu'Ollie fait à Laurel Lance sur sa sœur prend un autre sens quand on sait ce que cette saison va révéler sur elle. On a aussi un parallèle entre l'Oliver du présent qui ne veut plus tuer pour honorer la mémoire de son ami Tommy Merlyn et celui du passé qui ne contrôlait plus ses accès de violence et n'hésitait pas à battre à mort ses adversaires. On a également droit à la première apparition de Canary (D'autant plus efficace que le monteur a eu la bonne idée de supprimer une conversation entre Quentin Lance et Laurel à qui il mentionnait son existence, ce qui aurait gâché l'impact de la scène).

Note : 4 / 5
ÉPISODE 2
IDENTITY


Scénario : Ben Sokolowski + Beth Schwartz
Réalisation : Nick Copus

Oliver Queen (Arrow) enquête sur une série d'attaques de convois de médicaments destinés au Glades Memorial, attaques orchestrées par Chien Na Wei (China White) et son nouveau partenaire, Ben Turner (Bronze Tiger), mais cela l'oblige à faire faux bond lors d'une soirée de charité sur laquelle il comptait pour redorer son image. On parle beaucoup de problèmes de couples dans cet épisode: Oliver est perturbé par la vendetta de Laurel Lance contre son alter ego, John Diggle a rompu avec Carly à cause de celle qui l'opposait à Floyd Lawton (Deadshot) et Thea Queen ne supporte plus que Roy Harper risque sa vie en jouant les justiciers.

Note : 3 / 5
ÉPISODE 3
BROKEN DOLLS


Scénario : Marc Guggenheim + Keto Shimizu
Réalisation : Glen Winter

Oliver Queen (Arrow) est sauvé de la situation délicate dans laquelle on l'avait laissé à la fin de l'épisode précédent par une mystérieuse justicière dont il souhaite découvrir la véritable identité. Parallèlement, Quentin Lance fait appel à lui pour arrêter Barton Mathis (Dollmaker), un tueur en série qu'il avait autrefois appréhendé.

Note : 4 / 5
ÉPISODE 4
CRUCIBLE


Scénario : Andrew Kreisberg + Wendy Mericle
Réalisation : Eagle Egilsson

Oliver Queen (Arrow) découvre avec stupeur la véritable identité de la justicière masquée Canary. Si cette révélation constitue une réelle surprise pour le spectateur et nous vaut quelques belles scènes avec sa famille à qui ils hésitent à révéler qu'elle est toujours en vie, ainsi qu'un passage assez cool, quoi que bref, où ils échangent leurs armes pour combattre, l'apparition du personnage en fin d'épisode dans le récit flashback n'a aucun impact, Oliver ayant expliqué l'avoir revue sur l'île après sa première mort supposé. Malheureusement, le reste de l'épisode n'est pas terrible, entre le début des problèmes d'alcoolisme de Laurel Lance et un antagoniste aussi grotesque qu'oubliable. L'apparition de ce qui semble être l'ennemi principal de la saison dans une des dernières scènes relève toutefois l'intérêt.

Note : 3 / 5
ÉPISODE 5
LEAGUE OF ASSASSINS


Scénario : Jake Coburn + Drew Z. Greenberg
Réalisation : Wendey Stanzler

Un épisode centré sur Sara Lance (Canary) que son passé rattrape quand des membres de la Ligue des Assassins menés par The First viennent la chercher pour la ramener à Nanda Parbat et menacent de s'en prendre à ses proches si elle refuse, l'obligeant à révéler à son père qu'elle a survécu avant d'affronter ses poursuivants avec son aide et celle d'Oliver Queen (Arrow), tandis que les flashbacks, se déroulant un an plus tôt que d'habitude, racontent comment elle a été recueillie à bord de l'Amazo après le naufrage du Queen's Gambit.

Note : 4 / 5
ÉPISODE 6
KEEP YOUR ENEMIES CLOSER


Scénario : Ben Sokolowski + Beth Schwartz
Réalisation : Guy Bee

Apprenant que son ex-femme Lyla Michaels (Harbinger) est détenue dans la prison russe de Koshmar, John Diggle se rend en Russie en compagnie d'Oliver Queen (Arrow), Felicity Smoak et Isabel Rochev (Ravager) qui s'est incrustée. Afin de délivrer Lyla, il se fait à son tour incarcérer à Koshmar où il retrouve son pire ennemi, Floyd Lawton (Deadshot), avec qui il est obligé de s'associer. Il est également question d'évasion et de confiance dans le récit flashback où Sara Lance (Canary) aide Oliver à s'évader de sa cellule de l'Amazo pour mieux le trahir ensuite. On regrettera quand même que les auteurs ne prennent pas la peine d'expliquer comment Deadshot a fait pour se libérer de ses chaînes, genre: "On n'a aucun idée pour l'expliquer? Pas grave, le spectateur n'y verra que du feu!"

Note : 3,6 / 5
ÉPISODE 7
STATE V. QUEEN


Scénario : Greg Berlanti + Marc Guggenheim + Drew Z. Greenberg
Réalisation : Michael Schultz

Alors qu'a lieu le procès de Moira Queen, Count Vertigo réapparaît et inocule sa drogue à plusiueurs habitants de la ville à leur insu pour les rendre dépendants. Même si cet épisode nous apporte la conclusion de la sous-intrigue du procès, il multiplie les fausses notes: le retour du pire antagoniste de la saison 1 (Heureusement éliminé en fin d'épisode), une scène ridicule où Roy Harper se fait boxer par Thea Queen pour lui permettre d'évacuer son stress (Même si ça nous vaut ensuite un dialogue rigolo avec son frère dans une scène coupée), la réapparition finale de Malcolm Merlyn (Dark Archer) en mode "Je l'ai fait exprès de dire que j'étais mort" et la révélation de soap opéra qui s'ensuit. Certes, ces deux derniers éléments nous vaudront de bons développements par la suite, mais sur le coup, il y a vraiment de quoi se facepalmer en s'exclamant "Oh putain, ils ont osé!"

Note : 1 / 5
ÉPISODE 8
THE SCIENTIST


Scénario : Andrew Kreisberg + Geoff Johns
Réalisation : Bethany Rooney

Alors qu'il enquête sur un vol commis au Robert Queen Applied Sciences Center, Oliver Queen (Arrow) reçoit l'aide de Barry Allen, un membre de la police scientifique de Central City. Malgré quelques longueurs, cet épisode introduit le futur Flash (Gage de qualité: il est co-écrit par Geoff Johns à qui on doit un run très apprécié sur le personnage), se termine sur un excellent cliffhanger et permet aux intrigues du présent et du passé de se rejoindre puisque Arrow est confronté à Cyrus Gold (Acolyte), un criminel devant ses capacités surhumaines au Mirakuru, une substance que lui et ses compagnons découvrent dans une épave de sous-marin et injectent à Slade Wilson (Deathstroke) pour le sauver dans le récit flashback.

Note : 4 / 5
ÉPISODE 9
THREE GHOSTS


Scénario : Greg Berlanti + Geoff Johns + Andrew Kreisberg + Ben Sokolowski
Réalisation : John Behring

Épisode de Noël oblige, Oliver Queen (Arrow) est confronté à trois fantômes représentant son sentiment de culpabilité pour n'avoir pu sauver trois êtres chers. L'épisode sert également de pilote déguisé pour la future série Flash et révèle le véritable antagoniste principal de la saison, tout en n'augurant rien de bon pour Roy Harper dans le présent et Slade Wilson (Deathstroke) dans le passé, tous deux survivant de justesse à une injection de Mirakuru qui leur confère des capacités surhumaines.

Note : 5 / 5
ÉPISODE 10
BLAST RADIUS


Scénario : Jake Coburn + Keto Shimizu
Réalisation : Rob Hardy

Un épisode plus classique qui oppose Oliver Queen (Arrow) à Mark Scheffer (Shrapnel), un poseur de bombe anti-gouvernement à la personnalité caricaturale. La scène où notre héros doit échapper à un piège mortel tendu par son adversaire est néanmoins efficace.

Note : 2 / 5
ÉPISODE 11
BLIND SPOT


Scénario : Wendy Mericle + Beth Schwartz
Réalisation : Glen Winter

Le filet se resserre autour de Sebastian Blood (Brother Blood) qui parvient néanmoins à tourner la situation à son avantage en détournant les soupçons sur un de ses propres hommes tout en discréditant Laurel Lance en révélant ses problèmes d'addiction qui lui coûtent son travail. De son côté, Roy Harper tente d'utiliser ses nouveaux pouvoirs pour jouer les justiciers avec des résultats désastreux, tandis que dans l'intrigue flashback, Sara Lance (Canary) reprend contact avec Anthony Ivo. Comme l'indique le titre qui est une expression anglophone désignant un manque d'objectivité, le thème principal de cet épisode est le contraste entre l'idée qu'on se fait d'une personne et la réalité et la façon dont cela affecte le jugements de plusieurs personnages: Oliver Queen (Arrow) est partagé entre son amitié récente pour Sebastian Blood et les soupçons de Laurel à son sujet, la crédibilité de cette dernière vole en éclat quand son addiction est révélée et Sara Lance doit remettre en question l'image qu'elle se faisait d'Anthony Ivo.

Note : 5 / 5
ÉPISODE 12
TREMORS


Scénario : Drew Z. Greenberg + Marc Guggenheim
Réalisation : Guy Bee

Oliver Queen (Arrow) prend Roy Harper sous sa tutelle pour lui apprendre à contrôler sa force et ses accès de violence mais sans grand succès. Ils ont droit à leur première mission en duo quand un marchand d'arme aide Ben Turner (Bronze Tiger) à s'évader et l'engage pour récupérer un prototype de machine à séismes caché dans la maison de Malcolm Merlyn (Dark Archer). On a un écho entre l'intrigue présente où Oliver arrive à calmer Roy en faisant appel à son amour pour Thea Queen et celle du passé où il fait de même avec Slade Wilson (Deathstroke) et celui qu'il éprouve pour Shado. Cet épisode apporte en outre un gros changement de statu quo (et un deuxième est auguré par la dernière scène) tout en teasant le Suicide Squad et en préparant la sous-intrigue de la candidature de Moira Queen au poste de maire.

Note : 4 / 5
ÉPISODE 13
HEIR TO THE DEMON


Scénario : Jake Coburn
Réalisation : Wendey Stanzler

Prête à tout pour ramener Sara Lance (Canary) auprès de la Ligue des Assassins, Nyssa al Ghul n'hésite pas à empoisonner sa sœur et à prendre sa mère en otage. Si l'intrigue principale est efficace, quoique un peu gâchée par la réaction de Laurel Lance qui découvre que sa sœur est vivante (À croire que les scénaristes ont juré de tout faire pour la rendre insupportable cette saison) et celle d'Oliver Queen (Arrow) qui apprend que Thea est la fille de Malcolm Merlyn (Dark Archer) (Ce n'est pourtant pas comme s'il ne savait pas déjà que sa mère avait eu une liaison avec lui!), l'intrigue flashback centrée sur la famille Lance avant et après le naufrage du Queen's Gambit met celle sur l'île en pause et ne révèle rien que le spectateur ne sache déjà.

Note : 4 / 5
ÉPISODE 14
TIME OF DEATH


Scénario : Wendy Mericle + Beth Schwartz
Réalisation : Nick Copus

Maintenant qu'elle n'est plus la seule fille de la "Team Arrow", Felicity Smoak souffre d'un complexe d'infériorité vis à vis de Sara Lance (Canary) et de ses nombreux talents. C'est alors que l'équipe est confrontée à William Tockman (Clock King), un cerveau criminel dont les talents de hacker rivalisent avec les siens. La fin de l'épisode nous apporte une très bonne révélation sur Sin et un cliffhanger de taille. Au niveau des points négatifs, il faut toujours se farcir les caprices de Laurel Lance mais au moins, la conclusion nous la montre enfin décidée à se corriger.

Note : 4 / 5
ÉPISODE 15
THE PROMISE


Scénario : Jake Coburn + Ben Sokolowski
Réalisation : Glen Winter

La majeure partie de l'épisode est consacré au récit flashback retraçant l'assaut mené contre l'Amazo qui permet à Slade Wilson (Deathstroke) de découvrir la vérité (légèrement déformée par Anthony Ivo) sur la mort de Shado, tandis que dans le présent, ce même Slade joue psychologiquement avec Oliver Queen (Arrow) tout en faisant connaissance avec sa famille qui ignore la menace qu'il représente.

Note : 5 / 5
ÉPISODE 16
SUICIDE SQUAD


Scénario : Bryan Q. Miller + Keto Shimizu
Réalisation : Larry Teng

Cette fois, l'intrigue est centrée sur John Diggle, chargé par Amanda Waller de récupérer un agent neurotoxique en Markovie, aidé du Suicide Squad, une équipe de criminels jouant les soldats de l'ombre en échange d'une future amnistie. Cela place Diggle dans une situation délicate car l'un d'eux n'est autre que Floyd Lawton (Deadshot), à qui cet épisode à l'ambiance "espionnage" permet d'apporter quelques nuances (On regrettera quand même que sa capture se soit déroulé hors-champ, donnant l'impression d'avoir manqué un épisode) tout en réalisant ce que le film Suicide Squad avait échoué à faire: une adaptation fidèle et réussie du comics d'origine. La partie flashback est également centrée sur Diggle dont on découvre le passé militaire en Afghanistan, éclaircissant ainsi de nombreux points qu'on avait appris sur lui au cours de la série, notamment sa rencontre avec Lyla Michaels (Harbinger) et Gholem Qadir.

Note : 4 / 5
ÉPISODE 17
BIRDS OF PREY


Scénario : Mark Bemesderfer + A.C. Bradley
Réalisation : John Behring

Helena Bertinelli (Huntress) est de retour et prend plusieurs personnes en otages, dont Laurel Lance, pour obliger la police à lui livrer son père, récemment arrêté. Sara Lance (Canary) est confrontée à une situation similaire dans l'intrigue flashback quand Slade Wilson (Deathstroke) menace de tuer Oliver Queen (Arrow) si elle ne lui livre pas un prisonnier évadé qui pourrait réparer les machines de l'Amazo. Huntress est toujours aussi insupportable mais les interactions entre les sœurs Lance qui s'aident mutuellement à résister à leurs démons respectifs, l'alcool et le meurtre, arrivent à sauver quelques meubles tandis que les dialogues de la scène de rupture entre Thea Queen et Roy Harper sont tellement comiques qu'on a du mal à croire que les scénaristes ne l'ont pas fait exprès. Le titre fait référence à une équipe de DC comics comprenant, entre autres, Huntress et Black Canary et l'épisode contient aussi une allusion à une des principales scénaristes de leur série, Gail Simone.

Note : 1,5 / 5
ÉPISODE 18
DEATHSTROKE


Scénario : Drew Z. Greenberg + Marc Guggenheim
Réalisation : Guy Bee

On pourrait penser que l'enlèvement de Thea Queen par Slade Wilson (Deathstroke) annonce le combat final entre lui et Oliver Queen (Arrow) mais ce n'est qu'une diversion qui lui permet d'infliger de nombreux revers à son ennemi: Isabel Rochev (Ravager) prend le contrôle de sa compagnie, Roy Harper rompt leur association et quitte la ville, Thea est furieuse en apprenant que sa famille lui a caché l'identité de son vrai père, Quentin Lance est arrêté à cause de son association avec Arrow et enfin, Slade en profite pour faire évader de nombreux prisonniers qu'il compte recruter dans son armée. Un épisode très efficace en dépit de quelques longueurs et de Rochev qui sort de nulle part des talents de combattante exceptionnelle.

Note : 4,5 / 5
ÉPISODE 19
THE MAN UNDER THE HOOD


Scénario : Greg Berlanti + Geoff Johns + Andrew Kreisberg + Keto Shimizu
Réalisation : Jesse Warn

Thea Queen doit accepter la révélation que Malcolm Merlyn (Dark Archer) est son père et Laurel Lance celle qu'Oliver Queen est Arrow, tout en étant tenté de révéler ce qu'elle sait pour libérer son père de prison. De son côté, Slade Wilson (Deathstroke) vole à S.T.A.R.Labs un équipement qui lui permettrait de transférer son sang et ses pouvoirs à ses soldats, ce qui permet un joli twist quand Oliver localise son QG. C'est aussi l'occasion d'introduire deux personnages de la future série Flash, Caitlin Snow et Cisco Ramon, mais en donnant l'étrange impression d'avoir manqué un épisode, les scénaristes les écrivant comme si on les avait déjà rencontrés. Les interactions entre intrigue présente et récit flashback sont très bien gérées avec Anthony Ivo qui révèle dans le passé l'existence d'un antidote au Mirakuru dont Oliver demande la fabrication dans le présent.

Note : 4 / 5
ÉPISODE 20
SEEING RED


Scénario : Wendy Mericle + Beth Schwartz
Réalisation : Doug Aarniokoski

Roy Harper sort du coma mais est désormais incontrôlable et arpente la ville en attaquant tous ceux qu'il croise tandis qu'Oliver Queen (Arrow) et ses partenaires débattent de la façon dont ils doivent résoudre cette situation: le neutraliser ou le tuer? Malgré cet intéressant dilemme moral, cette intrigue est peu intéressante mais l'épisode est sauvé par Moira Queen qui en est le vrai personnage central: elle envisage de se retirer de la course à l'hôtel de ville pour reconstruire sa relation avec sa fille, révèle à son fils qu'elle est au courant de sa double vie dans une scène très touchante et la conclusion réserve un sacrée choc au spectateur. Elle est également au centre du récit flashback qui révèle comment elle a autrefois payé une femme enceinte de son fils (Il faudra attendre deux saisons pour connaître son nom, c'est dire si les scénaristes la jugent importante!) pour qu'elle prétende avoir perdu le bébé. Malheureusement, si cette révélation aura des conséquences deux saisons plus tard, elle est ici complètement inutile et met l'intrigue flashback en pause.

Note : 3,5 / 5
ÉPISODE 21
CITY OF BLOOD


Scénario : Holly Harold
Réalisation : Michael Schultz

Moira Queen morte, c'est sans difficulté que Sebastian Blood (Brother Blood) devient maire de la ville tandis qu'Oliver Queen (Arrow), dévasté, envisage de se livrer à Slade Wilson (Deathstroke) en espérant mettre ainsi fin à sa vendetta. Il est également question de sacrifice dans le récit flashback où un de ses compagnons d'infortune doit accomplir une mission suicide pour dégager le sous-marin qui leur permettrait d'attaquer l'Amazo et de quitter l'île. Cet épisode met les dernières pièces en place avant le final et est donc riche en blabla et pauvre en action.

Note : 3 / 5
ÉPISODE 22
STREETS OF FIRE


Scénario : Jake Coburn + Ben Sokolowski
Réalisation : Nick Copus

Pour la première partie de son grand final, cette saison ne lésine pas sur les enjeux avec Slade Wilson (Deathstroke) qui lance son armée pour anéantir Starling City tandis qu'Oliver Queen (Arrow) et ses compagnons se lancent dans une course contre la mort pour récupérer l'antidote au Mirakuru. Un antidote également recherché dans le récit flashback par Oliver qui espère sauver son ancien ami. L'épisode est riche en très bons moments comme le combat entre Quentin Lance et le soldat qui attaque le commissariat, Arrow qui guide Laurel Lance quand elle doit utiliser son arc pour se libérer d'un éboulement, Malcolm Merlyn qui redevient Dark Archer pour secourir sa fille ou les retrouvailles des sœurs Lance. En revanche, le changement de camp de Sebastian Blood (Brother Blood) que le scénario tente soudain de nous vendre comme un gars bien intentionné trompé par Deathstroke est trop contradictoire avec les épisodes précédents.

Note : 4,5 / 5
ÉPISODE 23
UNTHINKABLE


Scénario : Greg Berlanti + Marc Guggenheim + Andrew Kreisberg
Réalisation : John Behring

Dernier round entre Oliver Queen (Arrow) et Slade Wilson (Deathstroke), aussi bien dans le présent que dans le passé avec un montage parallèle entre les deux combats dont les conclusions opposées soulignent l'évolution de notre héros qui doit vaincre son adversaire à son propre jeu tout en respectant sa promesse de ne plus tuer. Parallèlement, John Diggle, Lyla Michaels (Harbinger) et Floyd Lawton (Deadshot) prennent d'assaut la base d'A.R.G.U.S. pour empêcher Amanda Waller de raser Starling City. En bonne conclusion de saison, cette épisode termine l'intrigue principale tout en en lançant de nouvelles qui seront explorées dans la suivante (Le malaise de Quentin Lance, le départ de Thea Queen, le recrutement d'Oliver par Waller ...). Une incohérence prive toutefois cet excellent épisode de la note maximale: Thea découvre l'arc de Roy Harper chez lui ... alors qu'il est en train de s'en servir contre l'armée de Slade!

Note : 4,5 / 5



MOYENNE = 3,7 / 5