Année : 1998
Catégorie(s) : Henshin héroïne.
Genre : Super-héros de père en fille.

Acheter la série : Amazon, Cdjapan, Yesasia, Yahoo Auctions.
Intermédiaires pour acheter sur Yahoo Auctions : Buyee, Celga, Zenmarket.



LA SÉRIE


"De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités", un aphorisme que Peter connaît par cœur et qui est d'autant plus contraignant que lesdits pouvoirs sont rarement obtenus volontairement (Et même dans ces cas-là, leur obtention est généralement la conséquence d'un drame personnel) mais le plus souvent innés (que vous soyez un mutant, un extra-terrestre ou une amazone) ou acquis accidentellement. Mais il arrive aussi que pouvoirs et responsabilités soient une tradition familiale et dans ces cas-là, pas facile de les accepter quand on est une lycéenne qui se découvre être la descendante d'une lignée de super-guerriers remontant à l'Égypte Ancienne.


Sa famille ne fait pourtant pas très égyptienne.

La famille Jin semble pourtant tout à fait normale: Asuka est lycéenne, sa mère Atsuko est femme au foyer et son père Kenichirô est employé dans une entreprise spécialisée dans les inventions farfelues (soutien-gorge anti-agression, haltère-téléphone ...). Au début de la série, il fait d'ailleurs la promotion d'un de leurs produits façon télé-achat dans chaque épisode, mais ce gimmick est rapidement abandonné.


Commandez dès aujourd'hui notre haltère-téléphone!


Existe en différents modèles ...


... et en plusieurs tailles.


Bon, par contre, c'est pas pratique à vendre au porte à porte.


L'employeur de Kenichirô n'étant autre que Kamen Rider 2-Gô ...


... rien d'étonnant à ce que, 16 ans plus tard, on retrouve sa fille Asuka dans Kamen Rider Drive!


Quant à Atsuko, elle est adepte d'une cuisine ... disons expérimentale.

Un jour, Asuka surprend son père en train de suivre une femme et s'imagine qu'il s'agit de sa maîtresse avant de découvrir que c'est en réalité une vampire sur laquelle enquête son père qui n'est autre que le super-héros Pharaon, héritier d'une lignée de guerriers en armure remontant à l'Ancienne Égypte, et que le pendentif qu'il lui a offert lui permet de se transformer en son pendant féminin, Rosetta.


Si Kenichirô reste fidèle à son épouse, il n'est pas à l'épreuve de la tentation.


Notamment avec une collègue ...


... et une assureuse qui connaîtra une fin tragique.


Elle a les crocs.


Super-héros de père en fille.


Je sens poindre un conflit de générations.

Ça fait évidemment beaucoup d'informations d'un coup pour Asuka qui, dans un premier temps, refuse de jouer les super-héroïnes mais finit pas accepter sa destinée quand une ennemie de son père s'en prend à sa mère. À partir de là, père et fille vont mener une double vie en cachette de leurs proches, Atsuko comprise, s'efforçant de concilier études et carrière professionnelle avec la lutte contre les Dueltos, des monstres hybrides se nourrissant d'humains. D'ailleurs, même si Asuka/Rosetta est le personnage titre, Kenichirô/Pharaon a autant d'importance qu'elle dans la série et certains épisodes sont centrés sur lui.


Cette double vie est épuisante!


Youhou, y a quelqu'un?


Midori Fujisaki et Natsumi Kudô, les deux BFF d'Asuka.


Midori fait du karaté, ce qui est bien pratique pour protéger son love interest.


Tandis que Natsumi rêve de devenir une idole riche et célèbre.


Kenichirô/Pharaon semble être enfin parvenu à concilier carrière professionnelle et activités super-héroïques.


C'est fou ce que le fils d'Asuka ressemble à son grand-père!


Voilà pourquoi il ne faut jamais laisser votre petit-fils jouer avec vos armes.

Malgré un humour omniprésent, la série n'hésite jamais à partir dans le dark et les sorts que les Dueltos réservent à leurs victimes/casse-croûtes sont généralement peu ragoûtants: liquéfier leur corps ou l'utiliser pour cultiver des champignons, faire gonfler leur poitrine avant d'en aspirer le contenu ... Et ça, c'est pour les agressions physiques, mais il y en a au moins un qui préfère utiliser la torture psychologique en exauçant le souhait le plus cher de ses victimes qui prend ensuite un tour cauchemardesque pour les pousser au suicide.


Ce Dueltos a de l'ADN de chien. Trop, peut-être.


Une infirmière allergique aux médecines douces.


Fuyons ventre à terre!


Rosetta aux prises avec un monstre de la semaine voyeur.


Frogel et son armée de zombies.

Et nos héros ne sont pas en reste, les mises à mort de leurs adversaires ne lésinant pas sur les mutilations en tout genre: décapitation, énucléation, arrachage de bras, découpage en tranche, broyage de crâne…


L'expression "avoir un balais dans le (Bip!)" prend ici un sens littéral.


Rosetta réduit ses adversaires en bouillie.


Parfois au sens propre. Enfin, quand je dis "propre" ...


Oh mon Dieu, elle a attrapé la rage!


Coupez!


Timber!

Avec seulement 13 épisodes, la série est assez courte et se termine par une histoire en trois parties débutant par un flashback nous narrant comment Kenichirô a rencontré Atsuko et comment il est devenu Pharaon pour la première fois afin de la sauver d'un chef de gang local qui était en réalité un Dueltos. Malgré la perte d'un œil, ce dernier a survécu à leur affrontement et réapparaît 20 ans plus tard pour prendre sa revanche, ayant entretemps obtenu le Death Cross Eye, pendant maléfique de l'Ânkhross Eye qui permet à Pharaon de se transformer, grâce auquel il devient le redoutable Duanubis.


Chacun son morpheur ...


... même si certaines henshin poses sont moins classe que d'autres.


Duanubis, le boss final.

Il semble même parvenir à tuer Pharaon et toute la première moitié du dernier épisode est consacrée à Asuka se demandant si son père est mort ou vivant. Malheureusement, en l'absence de cadavre qui confirmerait son décès, le spectateur se doute qu'il a survécu et réapparaîtra au moment opportun pour aider sa fille à vaincre le boss final, rendant donc toute cette première partie inutilement longue et ennuyeuse. En outre, sa réapparition est un grand moment de comique involontaire puisque après avoir été expédié dans les airs par un coup de poing de Duanubis, il retombe sur terre le lendemain et se retrouve planté dans le sol, jambes en l'air comme un vulgaire Vil Coyote! Et ne parlons pas de ses blessures mortelles qui ont miraculeusement disparu.


Oh, ça? C'est juste deux-trois égratignures. Quelques bouts de sparadrap et il n'y paraîtra plus.


Va voir sur la Lune si j'y suis!


Contrairement aux chats, les Pharaons ne retombent pas sur leurs pattes.




FILMS & ÉPISODES SPÉCIAUX


La fin de la série ne signifie cependant pas la fin des Dueltos qui sont toujours actifs dans Rosetta vs Freia sorti l'année suivante. Dans ce film a l'ambiance slasher et allant encore plus loin dans la violence que la série d'origine, Rosetta est confrontée à la mystérieuse disparition de plusieurs élèves de son lycée tandis que les enseignants sont victimes d'une inquiétante tueuse en série.


Je crois que nous avons affaire à une serial killer.


Une quoi?


Le remake japonais de Massacre à la Tronçonneuse.


Des meurtres à la pelle.


Il se fait sonner les cloches.


Aucun élève ne remarquant le meurtre assez sonore se déroulant sous leurs fenêtres, on peut en déduire que les lycéens japonais ont de sérieux problèmes d'audition.


Ce n'est pas très prudent de copuler en plein air dans un slasher.


Je l'avais dit!


Une innocente victime de plus.

Si le spectateur se doute que la meurtrière est la nouvelle élève Kyôko Mamiya, le scénario joue habilement avec ses attentes en lui faisant croire qu'elle est une des méchantes de l'histoire, impression renforcée quand elle se transforme en Freia qui a tout l'air d'une version maléfique de Rosetta.


Freia, la version dark de Rosetta.


On note un effort de créativité pour son costume qui n'est pas une simple copie peinte en noire de celui de Rosetta.


Par contre, il n'y avait pas le budget pour lui donner des armes différentes.

Mais en réalité, malgré ses méthodes radicales, Freia poursuit le même objectif que Rosetta et ses victimes sont les formes humaines des Dueltos meurtriers des lycéennes disparues. Et puisqu'on parle de leurs formes humaines, le scénario nous gratifie d'une fausse piste réellement bluffante concernant la véritable identité de l'un d'eux.


Même Kenichirô n'y a vu que du feu!


Petit clin d'œil sympa: son supérieur dans le film est joué par Mototake Fukushima qui incarnait Tiger Joe dans Lion-Maru, série dont le personnage titre était interprété par le même acteur que Kenichirô.

Non seulement ce film développe la mythologie de Rosetta en introduisant une autre ange masquée inspirée de la mythologie nordique, ce qui suggère qu'il pourrait en exister d'autres basées sur d'autres mythologies, mais le livret disponible avec l'intégrale de la série révèle les origines de Freia et en profite pour lancer quelques pistes à son sujet: on y apprend en effet qu'il existe une deuxième Freia, probablement sa sœur jumelle, ainsi qu'un équivalent nordique de Pharaon appelé Odin. On sent clairement une volonté de spinoff jamais concrétisé.


Le livret contient également quelques propositions de Dueltos non retenues,


Ainsi qu'un court récit consacré à des prédécesseurs de Pharaon et Rosetta dans l'Ancienne Égypte.




BILAN


Concept = 4 / 5
Reposant sur le principe des héros générationnels, Kamen tenshi Rosetta aborde le thème du devoir et de la destinée héréditaires avec un père et sa fille qui doivent faire un choix difficile entre vivre une existence normale ou accepter la mission qu'implique leur héritage avant de s'efforcer, non sans mal, de concilier leur quotidien avec leur mission de super-héros tout en la cachant à leurs proches dans des aventures où alternent noirceur et humour.



Scénario (Intrigue globale) = 2,5 / 5
La série développe une intrigue fil rouge surtout dans ses trois premiers épisodes consacrés à la découverte et l'acceptation de sa destinée par Asuka, et dans les trois derniers qui opposent Rosetta et Pharaon à Garzett. On regrettera également l'absence d'une vraie fin qui aurait résolu la menace des Dueltos, les auteurs ayant préféré laissé la porte ouverte à des spinoffs jamais concrétisés.



Scénario (Épisodes) = 3,7 / 5
Les scénaristes changeant tous les deux épisodes, on a droit à une grande variété d'histoires centrées tantôt sur Rosetta, tantôt sur Pharaon. (Voir la section épisodes pour plus de détails. La moyenne est arrondie à la décimale la plus proche.)



Héros = 4,7 / 5
S'efforçant de concilier une vie normale avec les devoirs super-héroïques qu'impliquent leur héritage et leur destinée, Rosetta (5 / 5) et Pharaon (5 / 5) forment un très bon duo père-fille et fonctionnent aussi bien dans les moments comiques que dans ceux sérieux voire tragiques, tandis que Freia (4 / 5), même si elle est introduite comme un personnage désagréable aux méthodes radicales, elle possède une certaine marge d'évolution et un background (surtout décrit dans la bible de la série) riche de potentiel et aurait gagné à être développée dans sa propre série. (La moyenne est arrondie à la décimale la plus proche.)



Costume(s) = 4 / 5
Rosetta (3,5 / 5) et Pharaon (4 / 5) portent de belles armures à motif égyptiens dont les éléments dorés des casques vus de profil évoquent la tête de faucon du dieu Horus dont ils sont les héritiers. On regrettera toutefois le décolleté inesthétique de Rosetta, clairement plus pensé pour le fanservice que pour la protection. De son côté, Freia (4,5 / 5) a droit à une armure noire aux motifs macabres aussi belle qu'inquiétante et qui rappele celle de Rosetta sans en être une simple copie peinte en noir.



Arme(s) = 3,3 / 5
Pharaon et Rosetta sont gâtés avec les armes aux designs particulièrement soignés que sont les Pharaon God Wings et le Rosetta Shent / Rosetta Sarfit (La transformation en Rosetta Queen est cependant plus fantaisiste). En revanche, Freia doit se contenter d'une version peinte en noire du Rosetta Sarfit au lieu d'avoir une arme personnalisée. Sa cape en forme d'ailes et son fouet qui est une variante "bad girl" assez bien vue du Rosetta Queen sauvent heureusement quelques meubles. (La moyenne est arrondie à la décimale la plus proche.)



Morpheur(s) = 4,5 / 5
Évoquant à la fois un ânkh et un ange dont les ailes se déploient lors de la transformation, l'Ânkhross de Rosetta est un morpheur magnifique, tout comme le Valcruz de Freia qui en est une variante "parure viking démoniaque". En revanche, l'Ânkhross Eye de Pharaon a un design nettement moins élaboré mais qui évoque quand même l'Égypte Ancienne. (La moyenne est arrondie à la décimale la plus proche.)



Séquence(s) de transformation = 3 / 5
Pour des raisons de fanservice, les transformations de Rosetta (3,5 / 5) et de Freia (3,5 / 5) passent par la case "tenue d'Ève" et leurs fonds numériques n'ont pas très bien vieilli, mais elles arrivent à être similaires sans être identiques et j'aime bien l'idée des anges de leurs morpheurs qui deviennent des masques quand leurs ailes se déploient. Celle de Pharaon (2 / 5) est en revanche moins élaborée et son morpheur disparaît au lieu de devenir son casque, ce qui n'est pas raccord avec les autres transformations.



Personnages réguliers = 3,5 / 5
Atsuko Jin (4 / 5) a de bonnes interactions avec les héros, tout comme les deux meilleures amies d'Asuka, Midori Fujisaki (4 / 5) et Natsumi Kudô (4 / 5), qui ont de bonnes personnalités et servent de moteurs aux intrigues de certains épisodes, tandis que le personnel de Nakata Shôji (2 / 5) est peu développé, servant surtout à caser quelques guests et à créer un background autour de Kenichirô avec qui il a des interactions souvent funs.



Personnages secondaires = 3,1 / 5
On n'échappe pas à de nombreux personnages fonctions qui sont surtout là pour servir de victimes aux Dueltos où pour apporter des informations aux héros et aux spectateurs (Parmi ceux-ci, Kaori Hirabayashi se distingue par ses interactions avec Kenichirô qui la rendent sympathique), mais on a aussi droit à quelques réussites comme Masahiko Yanaka, Masako Tsuchida ou Yuri Nobara.



Monstres de la semaine = 3,4 / 5
Souvent flippants dans les sorts peu ragoûtants qu'ils réservent à leurs proies humaines, les Dueltos ont des designs inégaux allant du bon au pas terrible mais c'est surtout au niveau des armes et des pouvoirs, souvent faibles ou banaux, qu'ils laissent le plus à désirer, au point que certains se contentent d'essayer de fuir Rosetta au lieu de la combattre! (Voir la section Dueltos pour plus de détails. Les notes sont arrondies à la décimale la plus proche.)



Casting = 3,7 / 5
Si Ushi Tetsuya (Pharaon) est excellent (5 / 5), il faut hélas reconnaître que Rei Yoshii (Rosetta) ne joue pas très bien (2 / 5). Quant à Mae Yoshikawa (Freia), c'est difficile de juger avec une seule apparition mais elle rend plutôt bien l'absence de naturel du personnage dans ses interactions sociales sans que ça passe pour un mauvais jeu d'actrice et son air angélique crée un bon contraste avec la personnalité violente et désagréable de Freia (4 / 5). (La moyenne est arrondie à la décimale la plus proche.)



Combats = 3 / 5
Variés dans leur déroulement et les attaques finales mais peu spectaculaires.



Effets spéciaux = 2 / 5
On ne le répétera jamais assez: les effets numériques balbutiants des années 90 laissaient énormément à désirer sans avoir le charme artisanal de ceux des décennies précédentes.



Musiques = 4 / 5
中川 孝 (Nakagawa Kô), 西村 卓也 (Nishimura Takuya) et 高橋 輝貴 (Takahashi Teruki) signent des musiques d'ambiance efficaces et entêtantes.



Générique(s) = 2,8 / 5
Accompagné de I feel you par D-Shade, une chanson rock nerveuse pas très appropriée (仮面 天使 ロゼッタ (Kamen tenshi Rosetta) = Ange masquée Rosetta de Rei Yoshii et Mae Yoshikawa qui ouvre le film aurait bien mieux fonctionné), le générique de début consiste surtout en une succession rapide de plans sur les armes, l'armure et surtout le casque de Rosetta qu'on voit sous tous les angles.


Il change à partir de l'épisode 4 pour intégrer des images de Pharaon (Quant à savoir pourquoi ils ne les ont pas mises dès le début ...) et un monologue de présentation de Rosetta: 私 神 あすか。 お父さん は 神 仮面 ファラオン、 そして 私 は 仮面 天使 ロゼッタ なんだ。 この 事 は うち の お母さん に も 秘密。辛い 事 も ある でも 神 あすか 頑張ります! (Watashi Jin Asuka. Otôsan wa jin kamen Pharaon, soshite watashi wa kamen tenshi Rosetta nanda. Kono koto wa okaasan ni mo himitsu. Tsurai koto mo aru demo Jin Asuka ganbarimasu!) = Je m'appelle Asuka Jin. Mon père est le dieu masqué Pharaon et je suis l'ange masquée Rosetta. C'est un secret, même pour ma mère. C'est parfois difficile, mais Asuka Jin fait de son mieux! (2 / 5)


Si au début de la série, la même chanson accompagne le générique de fin, il est remplacé dès le troisième épisode par le bien meilleur Kizuna (Lien) de Pamelah. Niveau visuel aussi, il est plus agréable avec des images d'Asuka se promenant, des plans sur l'Ânkhross accroché à son cartable et des statues, bas-reliefs, peintures et inscriptions de l'Ancienne Égypte. En revanche, je ne comprend pas trop la signification du plan final où on voit une deuxième Asuka quitter un bâtiment après la première. Est-ce pour symboliser le choix qu'elle doit faire au début entre sa destinée et une existence normale?


Malheureusement, l'épisode trois voit également la disparition des images de l'Ancienne Égypte qui participaient pourtant à son identité visuelle. Dommage. (3,5 / 5) (La moyenne est arrondie à la décimale la plus proche.)




NOTE FINALE = 13,8 / 20