Année : 1983
Genre : Il y a un nouveau sheriff de l'espace en ville.
Durée: 51 épisodes de 24 minutes.
Acheter la série : Amazon, Cdjapan, Yesasia, Yahoo Auctions, Celga.

On ne change pas une recette qui marche. Après le succès d'Uchû keiji Gyaban, la Toei allait reprendre les mêmes ingrédients pour une nouvelle série qui serait le deuxième volet de la trilogie des Uchû keiji et la suite directe de Gyaban: Uchû keiji Sharivan. Le personnage titre a d'ailleurs pour particularité d'avoir fait sa première apparition ... avant même le premier épisode de sa propre série.


Haut les mains!


PARTIE 1 – LA MENACE DE MADÔ (Episodes 1-20)


En effet, souvenez-vous, lors du dernier arc d'Uchû keiji Gyaban, le héros faisait la connaissance de Den Iga, un garde forestier doté de capacités physiques exceptionnelles. Gravement blessé par un monstre de Makû, Den était emmené sur Bird pour y être soigné et réapparaissait dans le dernier épisode, revêtu d'une armure rouge et rebaptisé "Sharivan".


La menace de Madô plane sur la ville.


Mais Sharivan veille!

A la différence d'autres Metal Heroes dont l'étymologie est plus ou moins bien connue (Gyaban est un hommage à Jean Gabin, Shaider à Roy Scheider, Jaspion est la contraction de "Justice champion" et Spielvan celle de Spielberg Steven), l'origine du nom de Sharivan est un mystère. Une hypothèse probable est que, comme "Uchû keiji" était parfois traduit par "Space Sherriff" à l'international, Sharivan pourrait être une contraction de "Sheriff Gyaban" (Bien que l'écriture japonaise ait depuis évolué pour différencier les deux sons, "V" et "B" s'écrivaient de la même manière à l'époque).


Le père de Sharivan trouve la mort en combattant un (stock-shot d'un) ours.


Les pères Merrin et Karras n'étant pas disponibles, c'est Sharivan qui se chargera de l'exorcisme.


L'attaque des clones.

Gyaban ayant été promu capitaine de la patrouille galactique, Sharivan devient le nouveau policier de l'espace chargé de protéger la Terre. Et il ne se passe pas longtemps avant que notre planète ne soit de nouveau menacée par une organisation criminelle de l'espace, Madô, dirigée par Psycho et ses fidèles seconds: le shogun Gailer et le Dr Polter (Un troisième séide, le guerrier Yabb, fut envisagé mais ne dépassa pas le stade des dessins préparatoires).


On recherche Psycho. Voici son portrait-robot.


Ses sujets ont l'air de s'ennuyer grave.


Et ceux qu'on voit derrière le Dr Polter semblent souffrir d'un sérieux problème de croissance.

A partir de là, il faut bien l'admettre, la série ressemble beaucoup à un copier-coller de la précédente où le spectateur peut s'amuser au jeu des sept différences. Déjà, le déroulement de chaque épisode est le même: méfaits de Madô, enquête de Sharivan et combat final dans une autre dimension (Un trou blanc à la place d'un trou noir). Ensuite, Sharivan utilise un arsenal quasi-identique à celui de Gyaban, la principale différence étant qu'il possède un pistolet laser avec lequel il jongle avant de rengainer (Si beaucoup pensent que le casque de Robocop est inspiré de celui de Gyaban, je crois savoir d'où vient le fameux geste qu'il fait avec son arme).


Projetez Sharivan dans le Genmukai!


Sharivan préfère faire le trajet à moto, c'est plus confortable.


Course poursuite.


Les invités sous le tapis attaquent! (Ceux qui fréquentent le forum BDtrash comprendront l'allusion)


Dans la gueule du loup.


Burp!


Voici à quoi aurait pu ressembler une version japonaise de TRON.


Madô ne respecte aucune loi. Pas même celles de la physique.


Et encore moins celles de la physique nucléaire.

Du côté des méchants, on retrouve aussi une organisation similaire avec un leader quasi-immobile (Psycho remplace Don Horror), un chef de guerre (Le Shogun Gailer à la place de San Doruba) et des soldats chairs-à-canon (Les Fightros en remplacement des Crushers). Même la scientifique Dr Polter ressemble à une fusion entre Horror Girl (Elle actionne parfois les machines qui projettent Sharivan dans une autre dimension) et Hunter Killer (Pour sa fonction de stratège). On ne perd cependant pas au change avec les remplaçantes de Doublegirl, Miss Akuma 1 et Miss Akuma 2, nettement plus sexy et combattives.


Le charisme du shogun Gailer est quelque peu entaché par un look combinant la moustache de Freddie Mercury et la coupe de cheveux de Mathieu Chedid.


Il a mis ses peintures de guerre.


Bonjour, les tin'enfants!


C'est ça, bonjour, les tin'enfants.


Gailer et Polter déguisés pour passer inaperçus.


Miss Akuma 1 et 2 ne respectent rien: voilà qu'elles se déguisent en bonnes sœurs, maintenant (Ce qui est assez ironique quand on sait que leur nom signifie "Miss Démon").


Ben, quoi? Les méchantes de service aussi ont droit à des vacances estivales.

L'entourage civil du héros a également un air de déjà-vu, avec un patron bougon, deux enfants pour les quotas d'innocents à protéger, et une jeune fille (sauf qu'à la différence de Tsukiko, Chiaki ignore la double identité du héros). Sans oublier, bien sûr l'inénarrable Kojirô Ôyama qui reprend sa fonction de faire-valoir comique. Il n'est d'ailleurs pas le seul personnage de la série précédente à revenir: on retrouve Kom, le directeur des policiers de l'espace, et son assistante Marine, ainsi que Mimi (qui jouera un rôle clé dans le dernier arc) et Tsukiko (le temps de deux épisodes où elle se bornera hélas à jouer la demoiselle en détresse). Sans oublier, bien sûr, Gyaban qui est un personnage récurrent de la série en tant que supérieur direct du héros, et qui se rendra parfois sur Terre pour lui prêter main forte, comme dans l'épisode 6 où Sharivan est capturé par ses ennemis, le 15 où Madô enlève Tsukiko pour obliger Gyaban à leur remettre les plans du Hoshino space cannon (liant ainsi la série à une des intrigues de la série précédente), et surtout l'épisode final où les deux policiers de l'espace unissent leurs forces pour défaire Psycho.


Kojirô est toujours obsédé par les extraterrestres.


Même si sa méthode pour les contacter est assez ... personnelle.


Plan drague foireux N°37: Convaincre sa copine de poser déguisée en extraterrestre.


Hélas, pauvre Kojirô!


Vous confiriez vos enfants à un baby-sitter pareil, vous?


Déjà que comme réparateur de moto, il craint.


C'est malin, je l'ai vexé et maintenant, il est sur le sentier de la guerre.

Uchû keiji Sharivan apporte quand même quelques innovations, la plus importante concernant le traitement réservé aux personnages féminins. Vous vous souvenez probablement que Gyaban souffrait d'un sexisme prononcé? Hé bien Sharivan fait de gros efforts pour corriger le tir. Prenez Lily, la partenaire féminine du héros. Si dans les premiers épisodes, elle est assez effacée, à la limite du non-personnage, elle aura ensuite plusieurs occasions de prouver qu'elle n'a pas volé son diplôme de policière de l'espace. Ainsi, contrairement à Mimi qui se contentait de se changer en oiseau en cas de danger, Lily n'hésite jamais à participer aux combats, intervenant plusieurs fois pour aider Sharivan. Elle lui vole même la vedette dans l'épisode 21 où elle doit affronter seule un monstre qui s'est introduit à bord de Grandbirth, leur vaisseau spatial. Il est d'ailleurs amusant de comparer son personnage dans les épisodes plus tardifs à celui des débuts de la série où les scénaristes ne savaient pas encore quoi faire d'elle: Lily y était tellement empotée qu'au lieu de partir elle-même à la recherche de Sharivan quand ce dernier était capturé par Madô dans l'épisode 6, elle se contentait d'appeler Gyaban à l'aide. Malheureusement, faute d'un gimmick qui aurait rendu le personnage unique, Lily marquera moins les esprits que la potiche Mimi de Gyaban et la combattive Annie de Shaider alors qu'elle représente un véritable intermédiaire entre les deux.


J'espère que je pourrais finir ce chapitre avant la prochaine attaque surprise.


On comprend mieux pourquoi Sharivan (à l'arrière-plan) cherche toujours un prétexte pour ne pas accompagner Lily quand elle fait du shopping.


Lily en mode Rambo.


Incognito.

Au cours de la série, d'autres personnages féminins forts viendront épauler Sharivan, comme Rita ou Helen. Beaucoup moins réussis seront les personnages de Miyuki et de ses camarades. Quand elles apparaissent pour la première fois, elles sont présentées comme des combattantes émérites et parviennent même à flanquer une rouste mémorable à Sharivan. Et après cette démonstration de force? Hé bien, elles passent tout le reste de la série en mode "demoiselles en détresse", rejoignant ainsi la catégorie peu enviable des "faux action girls".


Leur première apparition dans l'épisode 19.


Tout le reste de la série.


Elles sont tellement nulles que Kojirô lui-même doit leur donner des cours d'auto-défense, c'est dire!

Mais la plus grosse faute de goût se trouve dans l'épisode 30 où Madô met au point un plan visant à transformer les mères au foyer en créatures superficielles obsédées par leur physique au point de négliger leur famille et les tâches ménagères (Ca commence déjà fort). "Heureusement", grâce à l'intervention de Sharivan, le plan de Madô échouera et leurs victimes reviendront toutes bien docilement à leur position d'esclaves domestiques (Ca se termine tout aussi fort). A chaque fois que quelqu'un regarde cet épisode, Théroigne de Méricourt fait trois tours complets dans sa tombe.


C'est au moins Morgan Lavande qui a écrit ce scénario.


Gailer prend des chèvres en otage.


Et Polter torture des poupées innocentes.


Mon Dieu, j'ai vraiment tourné cette scène?


Que celui qui a écrit ces épisodes se dénonce!

Sharivan se distingue également de Gyaban par une atmosphère beaucoup plus sombre et angoissante où les happy ends ne sont pas garantis. Atmosphère renforcée par des musiques d'ambiance oppressantes, notamment celle jouée à l'orgue lors des scènes se déroulant dans la salle du trône de Psycho. Même les monstres de la semaine (les Makaijyus) ont un design plus effrayant signé du regretté Ryû Noguchi, même si on n'échappe pas parfois à de grands moments comiques. Je pense notamment à Present Beast et sa tête en forme de paquet cadeau ou encore Henshin Beast, monstre drag queen habillé comme Michel Polnareff.


A l'attaque, et ne faites pas de cadeaux!


Adriaaaaaaan!!!


Ben quoi? Vous n'avez jamais vu un monstre dont les blessures laissent s'échapper des billets de banque?


Sharivan se déguise en monstre de la semaine pour les besoins d'une enquête.

Cette première partie ressemble donc beaucoup à un copier-coller de Gyaban malgré quelques différences (ambiance plus sombre, personnages féminins plus combattifs) mais il lui manque encore quelque chose de capital. En effet, alors que Gyaban introduisait dès les premiers épisodes une intrigue basée sur la recherche de son père, Sharivan ne possède aucun fil rouge, si on excepte un mystérieux personnage chauve (jamais nommé mais son nom officiel est "Umibôzu") dont le spectateur s'amuse à guetter les apparitions hitchcockiennes dans pratiquement chaque épisode (Il est absent des épisodes 2, 3, 4 et 20). La deuxième partie va remédier à ce défaut en révélant les véritables origines de Sharivan.


La première des nombreuses apparitions d'Umibôzu.


PARTIE 2 – L'HERITAGE D'IGA (Episodes 21-33)


Dans l'épisode double qui inaugure cette deuxième partie, Sharivan voit quelqu'un qui essayait de vendre des informations au Dr Polter être abattu par un homme en armure. Avant de mourir, la victime prononce deux mots: "Cristal Iga". L'enquête de Sharivan le conduit sur l'île d'Okuigajima, d'où son père était originaire. Les occupants de l'île, le patriarche Jii et un groupe de jeunes combattantes dirigées par Miyuki, se montrent d'abord hostiles à son égard mais Sharivan réussit à les convaincre de sa bonne foi en les défendant contre une attaque de Madô. Malheureusement, il ne peut empêcher Jii (alias l'homme en armure du début) d'être mortellement blessé.


Un vieillard vivant seul sur une île avec plusieurs jeunes filles probablement mineures? En tout bien tout honneur, monsieur le juge!

Avant de succomber à ses blessures, Jii révèle à Sharivan la véritable histoire des habitants de l'île. Il y a 2000 ans, Madô lança une attaque contre la planète Iga pour s'emparer de leur fabuleuse source d'énergie, le Cristal Iga, ravageant la planète tandis que quelques survivants s'enfuyaient vers la Terre en emmenant avec eux le cristal qui devait leur permettre de reconstruire plus tard Iga. Les habitants de l'île sont les descendants des survivants d'Iga et Sharivan en est lui-même un.


Iga du temps de sa splendeur.


Et du temps de son horreur.

Grâce à une carte que lui a remise Jii, Sharivan trouve l'endroit où est dissimulé le Cristal Iga mais il y est rejoint par Madô et est obligé d'activer un système de sécurité qui téléporte le cristal vers une destination inconnue tandis que Miyuki et ses camarades, qui se trouvaient trop près, sont emportées avec lui.


Ils n'avaient vraiment pas plus clair, comme carte au trésor?


Pour accéder au cristal, il suffit de retirer d'un rocher une épée modèle "Excalibur".


Et une fois l'épée retirée?


Et bien, les yeux de la statue de lion sous l'épée tirent des lasers ...


... Qui ricochent plusieurs fois avant d'atteindre l'épée ...


... Qui les renvoie sur une montagne ...


... Qui explose ...


... Révélant l'entrée d'une grotte.


Comme vous le voyez, c'est très simple et ça ne risque pas du tout de rater si le type qui retire l'épée ne la tient pas ensuite exactement de la bonne façon.


Ah, attendez, c'est pas fini : après avoir trouvé la pièce secrète, il faut insérer l'épée dans son fourreau ...


... Pour faire apparaître le Cristal Iga (Dont l'apparence hésite entre le Dark Cristal et un étron radioactif).

Cet épisode double marque un tournant majeur dans la série en révélant les origines extraterrestres de Sharivan (et expliquant ainsi ses capacités physiques exceptionnelles) et en introduisant une intrigue fil rouge basé sur la quête du Cristal Iga. Ce fil rouge est cependant assez ténu: Sharivan retrouve brièvement Miyuki et le cristal dans l'épisode 31 et ensuite, on ne reparle plus d'eux avant le dernier arc de la série.


La bonne nouvelle, c'est qu'on est toujours sur la Terre. La mauvaise, c'est que je ne sais pas du tout en quelle année.

Néanmoins, une brèche a été ouverte et les scénaristes vont pouvoir s'y engouffrer pour étoffer le background du héros. Ainsi, dans l'épisode 27, Sharivan fait la connaissance de Mario, un autre survivant d'Iga qui deviendra son frère de sang avant de le trahir, puis de lui sauver la vie en comprenant que Madô l'a trompé et d'être abattu. L'intensité dramatique de sa mort est cependant gâchée par une séquence finale involontairement comique dans laquelle Sharivan et Mario courent au ralenti dans des champs de fleur. Si vous êtes fans de la série Noob, sachez que la scène est assez proche des délires yaoi de Gaea. Cet épisode introduit également les Organizers, un trio de combattants extraterrestres luttant contre l'hégémonie de Psycho, et que l'on recroisera occasionnellement.


Séquence émotion.


Séquence WTF.


Le pire, c'est qu'ils récidivent dans l'épisode 39: Youkaidi, youkaida, mes compagnons sont morts à cause de moi!

Même si cette deuxième partie reste essentiellement composée d'épisodes indépendants, elle commence à étoffer le background du héros et à développer la mythologie de la série. Une démarche qui va s'accélérer dans la troisième partie.


Une fin d'épisode à la Benny Hill.


PARTIE 3 – LES MANIGANCES DE RAIDER (Episodes 34-47)


Dans cette troisième partie, un mystérieux et inquiétant nouveau personnage rejoint les rangs de Madô: Raider, qui se définit lui-même comme "le guide du royaume des morts" (et qui réussit l'exploit d'être encore plus mal coiffé que Gailer). D'entrée de jeu, ses vastes pouvoirs de nécromancien l'imposent comme un adversaire redoutable contre lequel Sharivan ne parviendra jamais à prendre l'avantage et qui sera souvent très près de la vaincre (A l'issue de leur première rencontre, Sharivan se retrouve même dans le coma).


Raider: deux doigts coupe-faim.


Sharivan est victime d'hallucinations macabres.


Dont un hommage involontaire à un des sketchs du film Tales from the crypt (à droite).

Raider ne ferait sûrement qu'une bouchée de Sharivan si cet opportuniste n'était pas plus intéressé par son désir de détrôner Psycho pour prendre sa place. De ce fait, il lui arrivera souvent d'aider Sharivan quand cela sert ses intérêts ou de monter les autres membres de Madô les uns contre les autres, réussissant même à faire passer le shogun Gailer pour un traître. Tombé en disgrâce et emprisonné, Gailer sera cependant rétabli dans ses fonctions quand Psycho commencera à douter de la loyauté de Raider.


Depuis l'arrivée de Raider, Gailer n'a plus toute sa tête.


Et en plus, il boit pendant le service.


Kojirô aussi, sans doute pour oublier sa condition de sidekick comique.


La moto de Sharivan aussi? Mais ils sont tous alcooliques dans cette série, ma parole!


Allez hop! Au piquet!

Face à ce terrible adversaire, Sharivan pourra compter sur deux nouveaux alliés, la première étant Helen Bell (Où ça, un jeu de mot?), membre des Guerriers Iga qui, comme leur nom l'indique, sont d'autres survivants d'Iga s'opposant à Madô. Helen sera une partenaire régulière de Sharivan avant de trouver la mort au combat. Sachant que son interprète, Yuki Yajima, allait interpréter une éphémère première Yellow Four dans Bioman l'année suivante, il faut croire que "mort tragique après quelques épisodes" était une condition sine qua non de ses contrats.


Le frère et la sœur Bell se font la belle.


Les survivants d'Iga n'ont décidemment pas une grande espérance de vie dans cette série.


Allez, les gars. On a une mort bien émouvante, n'allez pas tout gâcher avec une nouvelle séquence WTF.


Bon, ben ... Merci quand même.


(A noter que l'interprète de la deuxième Yellow Four apparaît dans l'épisode 43)

Le deuxième allié est un mystérieux personnage que Sharivan surnomme "Seinarumono" (Le Saint) et qui lui apparaîtra régulièrement pour le guider dans sa lutte contre Madô. Ainsi, quand notre héros retournera sur l'île d'Okuigajima (sans autre explication qu'un coup de tête du scénariste), Seinarumono lui remettra une nouvelle arme: l'épée sacrée. Enfin, ce n'est pas tout à fait une nouvelle arme, puisque c'est tout simplement l'épée qui lui avait permis d'accéder au Cristal Iga.


Seinarumono apparaît pour la première fois à Sharivan quand ce dernier est entre la vie et la mort après sa première rencontre avec Raider.


Le royaume des vivants et le royaume des morts? Au moins, c'est bien indiqué.


Hmmm... Lequel choisir?


A première vue, le monde des morts a l'air accueillant.


A seconde vue...

Cette troisième partie qui voit l'arrivée d'un nouvel adversaire à la puissance apparemment sans limite affrontant le héros tout en complotant contre ses propres alliés, est certainement la plus mouvementée de la série. C'est bien simple, il s'écoule rarement plus de deux épisodes sans un changement de statu quo, que ce soit l'arrivée d'un nouveau personnage récurrent, la mort d'un autre, ou les conséquences des coups tordus de Raider. Le tout pavant le chemin vers une conclusion encore plus mouvementée.


Suzuki, fournisseur officiel des policiers de l'espace.


EPILOGUE – LE SECRET DE PSYCHO (Episodes 48-51)


Ce dernier acte débute quand Mimi est enlevée par le pirate de l'espace Bem Sasori et livré à Madô qui veut la marier de force au Shogun Gailer; mais Mimi réussit à s'échapper avec l'aide de Sharivan qu'elle rejoint sur Terre.


Au secours! Un vilain bonhomme m'enlève!


Les pirates de l'espace conduisent Mimi au Genmujô, le quartier général de Madô.


La future mariée cache sa joie.


Les pirates de l'espace ont été jusqu'à pirater un des décors peints de Gyaban pour leur planète.

Grâce aux pouvoirs divinatoires de Mimi, Sharivan parvient à localiser Miyuki et ses camarades, qui sont entretemps revenues à notre époque (Sans autre explication que cela arrangeait le scénariste). Malheureusement, leurs retrouvailles sont ternies par la disparition du cristal Iga dont se sont emparés Raider et son nouveau complice Gamagon.


Mimi représente ses visions en dessin.

Le cas de Gamagon mérite qu'on en parle. Apparu pour la première fois dans une courte scène de l'épisode 31 (scène clairement inspirée de celle de Jabba Le Hutt dans Le Retour du Jedi), il semble que Gamagon n'était censé apparaître que dans cet épisode où il n'est même pas nommé (Gamagon est seulement le nom de la planète où se déroule la scène) mais, pour une obscure raison, les scénaristes décidèrent de le réintroduire dans le dernier acte de la série en en faisant rétroactivement un allié de longue date de Raider. On aurait pourtant pu se passer de son retour car avec son sourire de ravi de la crèche et sa façon de gigoter comme s'il dansait la samba, il est plus ridicule qu'effrayant. Néanmoins, son aspect de tête géante sans corps préfigure Kubilai, l'adversaire principal de Shaider.


Gamagon, le Jabba Le Hut du pauvre.


S'il continue de manger des ninjettes, il n'aura plus faim pour le dîner.

S'étant emparé du cristal Iga pendant que Gailer trouvait la mort en affrontant Sharivan, Raider est désormais le successeur désigné de Psycho. Il décide donc de passer à l'action et assassine Psycho avant de revendiquer la direction de Madô. Mais son triomphe est de courte durée, car Umibôzu (le personnage chauve qui apparaissait dans chaque épisode) fait son entrée et révèle sa véritable identité à Raider. Lui et Psycho sont en réalité une même entité partageant deux corps et en tant que tel, il est impossible de "les" tuer car tant que l'un d'eux est vivant, il peut ressusciter l'autre. Umibôzu revêt ensuite sa véritable apparence, celle de Psychorror, et tue Raider.


Résumé de la situation: Raider et Gamagon sont à la recherche du Cristal Iga.


Polter les suit pour leur ravir le cristal.


Et Gailer la suit pour lui ravir le cristal. Le travail d'équipe, chez Madô, ils connaissent pas!

Voilà quand même un twist de taille! Car jusqu'à présent, Raider avait toujours été présenté comme le plus puissant adversaire de Sharivan et les spectateurs pensaient légitimement qu'il serait un des boss finaux de la série, voire même LE boss final après avoir assassiné Psycho. Au lieu de ça, coup de théâtre avec la révélation de la véritable nature d'un personnage croisé régulièrement depuis le premier épisode et qui tue Raider sans effort, s'imposant ainsi comme le véritable boss final de la série.


Raider prend le pouvoir.


Chauve qui peut!


Psychorror est dans la place.

Gyaban reprend donc du service pour aider Sharivan contre ce terrible adversaire. Les deux policiers de l'espace reçoivent également l'aide d'autres Guerriers Iga et de Seinarumono qui les guide jusqu'au Genmujô où ils affrontent à la fois Psycho et Psychorror. Malheureusement, ils ne sont pas de taille face aux pouvoirs combinés de leurs deux adversaires. Mais alors que leurs ennemis sont sur le point de les achever, ils sont sauvés par un deus ex machina: le Cristal Iga apparaît dans la pièce et absorbe l'énergie des cerveaux artificiels dont Psycho et de Psychorror tiraient leurs pouvoirs, permettant à Gyaban et à Sharivan de se relever et de les tuer simultanément.


En route pour le Genmujô.


La bataille finale.


La fin d'un tyran.


C'est quand même curieux, cette manie qu'ont les quartiers généraux d'exploser quand le boss final meurt.

Madô vaincu, Sharivan quitte la Terre en compagnie d'animaux terrestres et des autres survivants d'Iga afin de repeupler leur planète natale dont il sera désormais le protecteur.


En route pour Iga. Je n'ai oublié personne?


Ben, si: moi.


Bye, bye, la Terre.

Même si on peut regretter que certaines situations se règlent à coup de deus ex machina (le retour de Miyuki à notre époque, l'intervention du Cristal Iga permettant à Sharivan de vaincre Psycho), on ne peut nier que la série se conclue en beauté avec l'apparente montée en puissance des ennemis qui ne fait que précipiter leur chute: le Cristal d'Iga tant convoité et censé leur garantir une puissance sans limite se révélera être l'instrument de leur perte, de même que le coup d'état minutieusement préparé de Raider lui coûtera la vie à cause d'un personnage qu'il avait commis l'erreur de négliger. La révélation de la véritable nature d'Umibôzu constitue à ce titre un twist rarement égalé. Sans oublier, bien sûr, le retour de Gyaban dans son armure qui ravira les fans de la série précédente.


Oui, les policiers de l'espace se bagarrent pour se dire bonjour.


- J'espère que tu n'es pas trop rouillé, Gyaban.
- C'est à mon armure qu'il faut dire ça, Sharivan.

Pour finir, quelques mots sur la diffusion française relativement anarchique de Sharivan. Les huit premiers épisodes furent d'abord diffusés à la suite de ceux de Gyaban (X-OR en VF) mais comme s'il s'agissait de la même série: le générique restait le même, Sharivan était simplement appelé "X-Or 02" et Psycho (rebaptisé Mikos) était décrit comme un ancien allié des C-Rex (nom VF de Makû) désirant les venger. La série s'arrêta net après ces huit épisodes, laissant les spectateurs sur leur faim et il leur faudra attendre des années avant que la série ne soit enfin diffusée en entier, sous son titre original et avec un nouveau doublage. Si ce doublage était de qualité (encore que les doubleurs de Seinarumono et de Psychorror partaient complètement en live), les monstres de Madô n'étaient pas vraiment gâtés car si en VO, leurs noms faisaient toujours référence à leur apparence ou au thème de l'épisode, leurs noms VF étaient plutôt du genre "brute infernale Wapi-Wapi", "monstre Bitidus envoyé de Satanakahn" ou "robot crabe burlock". (Je précise que je me réfère à la diffusion télévisée, j'ignore si le doublage a été refait pour la récente édition DVD)


Quelle déchéance: Charlot travaille pour Madô, maintenant.


Mais que vient faire Hitchcock dans cette série?

Ah oui, une dernière curiosité: les spectateurs français découvrirent Sharivan bien avant son apparition dans la série et dans des circonstances pour le moins ubuesques. En effet, dans le clip officiel du générique français de X-Or (un sommet du kitsch, soit dit en passant), le réalisateur avait voulu montrer une figurine de X-Or mais il utilisa par erreur ... celle de Sharivan.


Effectivement, c'est une sacrée fausse note.

Si Gyaban avait posé les bases de la franchise Uchû keiji, Sharivan les perfectionne avec une intrigue et un background plus élaborés (bien qu'il leur fasse un certain temps pour se mettre en place) racontant la lutte du héros pour protéger sa planète d'adoption, la Terre, tout en vengeant sa planète d'origine, Iga, avant de se terminer sur une double victoire, puisque Sharivan aura mis fin à la menace de Madô, tout en réunissant les survivants d'Iga avec qui il partira reconstruire leur planète d'origine. Parmi les autres améliorations, on retiendra des monstres au look plus réussi, de meilleurs effets spéciaux et des personnages féminins qui ne se contentent plus de jouer les objets décoratifs. Autant de qualités qui font de Sharivan la meilleure des trois séries de la franchise.


Générique de fin: Sharivan s'avançant sur fond de soleil levant.


Et les spectateurs passeront leur vie à se demander si la voiture qui passe dans le champ était voulue ou non.


Toku-Actrice(s) :