Année :
2011
Genre : Des grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités.
Acheter la série :

Pendant longtemps et si on excepte le cas particulier de Sunvulcan qui était la suite de Denziman, chaque série de la franchise Super-Sentai aura été totalement indépendante des autres. Certes, depuis Oh Ranger vs Kakuranger, on a droit chaque année à un crossover entre la série en cours et la précédente, mais ces histoires sont généralement considérées comme étant hors-continuité. Mais tout cela change quand les producteurs décident de célébrer le 35eme anniversaire de la franchise en 2011 en réunissant tous les Sentai dans une continuité commune avec la série Gokaiger. Un pari risqué quand on se souvient que quelques années plus tôt, Kamen Rider Decade s'était déjà amusé à faire se rencontrer le personnage titre et ses prédécesseurs pour un résultat assez tièdement accueilli. Gokaiger réussira-t-il là où Decade a échoué? Le seul moyen de le savoir est d'aborder cette série.


À l'abordage!

Déjà, une première innovation qu'on retrouvera dans les séries suivantes: la première apparition des Gokaigers n'a pas lieu dans le première épisode de leur série, mais dans le crossover entre les deux séries précédentes, Goseiger vs Shinkenger, dans lequel on voit un de leurs ennemis se fait attaquer et battre par une équipe inédite dont les membres aux allures de pirates sont capables de se transformer en n'importe quel ranger des précédents Sentais. Équipe qui repart ensuite comme elle était venue en faisant promettre à l'unique témoin de la scène de ne pas révéler leur existence. Avouez qu'il y a déjà largement de quoi piquer la curiosité du spectateur!


Chut! Vous ne nous avez pas vu et nous ne sommes pas là. OK?



PARTIE 1 - Ranger keys et grands pouvoirs (Episodes 1-12)


La série proprement dite débute peu après la conclusion de Goseiger, quand l'empire spatial Zangyack dirigé par l'empereur Akudos Gil lance ses troupes à la conquête de la Terre, obligeant la totalité des équipes de Sentai à reprendre du service et à unir leur force pour stopper cette invasion. Cette coalition de rangers parvient à anéantir la flotte ennemie mais ils sont obligés pour cela de sacrifier leurs pouvoirs qui se retrouvent dispersés à travers l'univers où ils prennent la forme d'artefacts en forme de clés à leur effigie, les ranger keys.


Zangyack attack!


Larguez l'infanterie!


Rangers de toutes les séries, unissez-vous!


Sus à l'envahisseur!

Cette tentative d'invasion est censée avoir eu lieu quelques années avant le début effectif de la série, ce qui amène le spectateur à se demander en quelle année celle-ci peut bien se dérouler. Sachant que la série Oh Ranger de 1995 se déroulait en 1999 avec un saut dans le temps de 1 an durant l'arc final qui aurait donc du avoir lieu pendant la série Time Ranger qui se passait en 2000, que les crossovers désormais canoniques indiquent que les séries se suivent chronologiquement et se déroulent à chaque fois sur une période de 1 an comme le prouve la présence dans chacune d'un épisode se déroulant pendant la période de Noël (et donc, Time Ranger aurait plutôt dû se dérouler en 2005) et que le crossover entre Goseiger et Shinkenger qui précède de peu la première attaque de Zangyack est précisément daté du 2 octobre 2010, vous avez une semaine pour calculer l'âge du capitaine.


Et le capitaine, c'est moi!

Quoi qu'il en soit, durant les années qui suivent la première défaite de Zangyack, un groupe de pirates de l'espace surnommés les Gokaigers se met à la recherche des ranger keys censées leur permettre d'accéder au "plus grand trésor de l'univers" à condition de les charger avec le "grand pouvoir" détenu par les rangers qu'elles représentent. Leur quête les conduit donc sur Terre où ils partent à la recherche des anciens rangers dont la plupart sont retournés à la vie civile. (Certains d'entre vous se demandent sans doute comment les Gokaigers ont pu apparaître dans Goseiger vs Shinkenger s'ils sont arrivés sur Terre quelques années après mais rassurez-vous, ce sera expliqué par la suite.)


Ranger keys: collectionnez-les toutes!

Dans le même temps, Akudos Gil lance contre la Terre une nouvelle flotte d'invasion dont il confie le commandement à son fils Warz, lequel est malheureusement bien loin d'avoir la prestance et le charisme qu'on est en droit d'attendre d'un boss de Sentai. Au contraire, il est capricieux, colérique, suffisamment poltron pour fuir le combat à la moindre égratignure et multiplie les stratagèmes délirants au grand dam de ses subalternes bien plus compétents que lui: la scientifique Insarn, le stratège Damaras et le garde du corps cybernétique Barizorg.


Zangyack contre-attack!


Sympa, cette planète. Je la prends!


Heu... Est-on certain que ma présence au combat est bien nécessaire? Je ne suis que le chef des opérations, après tout.


Dynamiter le restaurant où nos héros étaient en train de déjeuner?


Sans être à cheval sur les principes, Zangyack abuse!

Les Gokaigers vont donc être amenés à devenir malgré eux le dernier rempart de la Terre contre Zangyack. Et bien qu'ils jouent les cyniques en prétendant n'être intéressés que par la quête du trésor, ils ne se font jamais prier pour s'opposer à l'empire de l'espace. Il faut dire aussi qu'à l'exception de leur commandant, le Capitaine Marvelous (Gokai Red), ils ont tous une bonne raison de le haïr: le taciturne Joe Gibken (Gokai Blue) est un ancien soldat de Zangyack qui a déserté, Luka Millfy (Gokai Yellow), une voleuse vénale obsédée par l'argent et les bijoux, vient d'une planète qu'ils ont asservie tandis que celle de Don Dogoier (Gokai Green), leur cuisiner et mécanicien poltron et maladroit , a été détruite par eux et que la princesse maniérée Ahim de Famille (Gokai Pink) est l'unique survivante d'une famille royale qu'ils ont assassinée.


Sauront-ils se montrer dignes de leurs illustres prédécesseurs?


La rançon de la gloire!


Les plus observateurs auront remarqué que la prime sur les affiches qu'on voit pendant le générique de début ...


... augmente au cours de la série.


Hmmm ... Et si je livrais mes copains pour toucher la prime?

Les ranger keys leur seront d'une grande utilité pour combattre Zangyack puisqu'elles leur permettent de se transformer en n'importe quel ancien ranger et la série en profite pour faire du fanservice en modernisant les scènes de transformation et techniques de combat des séries précédentes grâce aux progrès faits depuis en matière d'effets spéciaux. On voit ainsi régulièrement les Gokaigers se transformer en d'autres Sentais mais aussi en plusieurs rangers d'une même couleur ou en rangers issus d'équipes différentes mais ayant une thématique commune.


La version pirate des Magi Rangers.


Les Gokaigers voient rouge.


(À propos, cinq rangers rouges qui se suivent chronologiquement, c'est une quinte flush?)


Zangyack va broyer du noir.


Le péril jaune.


Allez, les verts!


Too much pink energy is dangerous!

De plus, certains costumes ont droit à des variations en fonction du genre du Gokaiger qui le porte. On verra ainsi Gokai Pink et Gokai Yellow porter des versions féminines de tenues de rangers masculins et inversement, Gokai Red, Gokai Blue et Gokai Green vétus de versions masculines de tenues de rangers féminins.


La règle 63 appliquée à Big One.

Évidemment, pas de série de Sentai sans véhicules se combinant pour former un robot géant. Dans le cas des Gokaigers, leur véhicule principal qui leur sert également de base est le Gokai Galleon, un astronef en forme de navire pirate que n'aurait pas renié Albator et qui contient les autres véhicules imbriqués les uns dans les autres à la manière de poupées russes (ou plutôt de coffres au trésor pour rester dans la thématique des pirates), ce qui implique d'ailleurs que leur robot géant, Gokaioh, est ... creux. Malheureusement, si le Gokai Galleon est central dans les épisodes, on ne fait qu'entrapercevoir les autres qui ne seront vraiment utilisés qu'en deux ou trois occasions.


Regardez les bien car vous ne les verrez pas souvent.

À partir de là, la série va alterner deux types d'épisode (se distinguant d'ailleurs par deux intros de générique différentes): ceux classiques où ils font échec à un plan de Warz Gil et ceux où ils partent à la recherche d'un ancien ranger pour obtenir son "grand pouvoir", guidés par les prédictions de leur mascotte, le perroquet robotique Navi. Il n'y a que deux problèmes: tout d'abord, Navi est obligé de se cogner la tête pour avoir ses visions ...


Aïe! Bobo, la tête!


C'est donc là qu'étaient passés les canards d'Umeko?

Ensuite ses prédictions sont toujours assez nébuleuses et comme les Gokaigers, en tant qu'extraterrestres, ignorent tout des précédents Sentais, ils ont une fâcheuse tendance à les interpréter de travers. Comme lorsque Navi leur parle d'un "enfant de tigre" [tora no ko] (en fait Geki Red) et qu'ils lui ramènent à la place ... un chat tigré [tora neko].


Bon sang, j'avais pourtant dit: pas de chat à bord!

À chaque fois, les Gokaigers devront vivre une aventure commune avec un ou plusieurs anciens rangers afin de leur prouver qu'ils sont dignes de recevoir leur "grand pouvoir", une tâche d'autant plus malaisée qu'à cause de leur image de pirates hors-la-loi, certains les considérent comme des ennemis. C'est l'occasion pour d'anciens acteurs de Sentai de reprendre leur rôle pour des participations plus ou moins importantes: si certains jouent un rôle central dans les épisodes où ils apparaissent (quelques uns en profitent même pour se transformer pour la plus grande joie de leurs fans), d'autres se contentent de faire un rapide coucou au spectateur avant d'aller toucher leur chèque. C'est particulièrement frustrant avec Ninja White dont j'avais espéré en voyant son nom au générique, qu'elle allait ENFIN se montrer utile à quelque chose mais qui n'apparaît que quelques secondes à l'écran juste avant la fin de l'épisode.


Même 17 ans après, elle sert toujours à rien.

En matière de clin d'œil à ses prédécesseuses, cette série ne se contente cependant pas de ramener d'anciens acteurs: les épisodes où ils apparaissent ont des titres formulés comme ceux de leurs séries d'origine dont les scénarii reprenant les thématiques, voire l'ambiance et le ton (Il n'y a qu'à voir le crossover complètement farfelu avec Car Ranger!).


Nous sommes les Car Rangers!


Mais non! Eux, c'est les Turbo Rangers!


Ah oui, pardon.


Hé bien, voilà. C'est beaucoup mieux!


Par contre, on n'a pas le permis. Alors, pour les véhicules, il faudra se contenter de ça.

Mais on trouve aussi parfois des références plus subtiles aux séries précédentes: une radio qui diffuse la chanson Shinobi koi que chantait Hurricane Blue dans Hurricaneger, Navi qui voit les canards de bain d'Umeko (Deka Ranger) après s'être cogné la tête ... Même les décors recèlent de petites surprises pour le fan qui veut bien y prêter attention.


Jeu: cite les séries auxquelles appartiennent ces magasins, restaurants et entreprises fictives.


Jeu: trouve les super-vilaines cachées dans cette scène.

En plus de les rapprocher de l'obtention du trésor qu'ils convoitent, le "grand pouvoir" dont ils chargent les ranger keys possède un autre avantage puisqu'il permet aux Gokaigers d'invoquer des méchas d'anciennes séries qui viennent occuper les emplacements vides de Gokaioh pour lui conférer de nouvelles capacités. On le verra ainsi se combiner successivement à Magi Dragon (Magi Ranger), Pat Striker (Deka Ranger) et Gao Lion (Gao Ranger) avant d'obtenir son premier power-up dans l'épisode double 11-12 où il acquiert une nouvelle apparence après avoir obtenu le "grand pouvoir" des Shinkengers, troquant son look de robot pirate contre celui d'un samouraï.


On est donc passé d'un swashbuckler...


... à un chambara.

Cet épisode double qui conclue la première partie de la série est également l'occasion pour Joe de faire une découverte effarante: Barizorg est en réalité son ancien camarade Sid Bamick (interprété par Gaku Shindô qu'on avait déjà vu dans Sazer-X) qui l'avait aidé à déserter avant d'être capturé et transformé en un cyborg lobotomisé désormais totalement loyal à Zangyack. Rendre son humanité perdue à son ancien ami devient dès lors l'objectif principal de Joe.


Sur l'échelle de la rebellion, Joe qui se retourne contre Zangyack est over 9000!


Sid Bamick à l'origine ...


... et pendant sa période métal.

Après avoir brillamment introduit les principaux personnages et les mécanismes de la série dans cette première partie, Gokaiger va pouvoir enchaîner avec l'introduction du traditionnel sixième ranger ... ou plutôt DES sixièmes rangers.


5 sixièmes rangers, ça fait 0,833 rangers.



PARTIE 2 - Les 6emes rangers (Episode 13-26)


Le premier contact des Gokaigers avec les 6emes rangers ne se fait cependant pas dans des circonstances amicales (Ce qui est finalement assez logique, sachant que le tout premier 6eme ranger officiel, Dragon Ranger, avait débuté sa carrière comme ennemi des Zyu Rangers avant de se ranger à leurs côtés). Ici, les Gokaigers vont faire connaissance avec eux à travers le personnage de Basco Ta Jolokia, un corsaire de l'espace allié à Zangyack qui est une vieille connaissance de Marvelous.


Basco et son assistante / animal de compagnie Sally.


Ce n'est pas à un vieux singe qu'on apprend à faire la grimace.


J'allais le dire!

Pour ceux d'entre vous qui ne connaîtraient pas la subtile différence entre un corsaire et un pirate, un corsaire est un pirate assermenté travaillant pour le compte d'un gouvernement et ne s'attaquant qu'à des navires pirates ou appartenant à un pays ennemi. Dans ces conditions, il va de soi que les corsaires des uns sont les pirates des autres et ce sont d'ailleurs très souvent eux-mêmes d'anciens pirates s'étant mis au service d'un dirigeant en échange d'une amnistie. C'est le cas de Basco qui faisait autrefois partie des prédécesseurs des Gokaigers, Akaki Kaizokudan, qui réunissait Basco, Marvelous et Akared, que nous avions déjà croisé dans la précédente série anniversaire, Boukenger. Sa présence ici est d'ailleurs logique puisque sa capacité de se transformer en n'importe quel ranger rouge préfigurait celle des Gokaiger d'imiter leurs prédécesseurs.


La version béta des Gokaigers.

Comme nos héros, ce trio de pirates collectait les ranger keys dans le but d'obtenir "le plus grand trésor de l'univers", mais Basco le souhaitait pour lui seul et trahit donc ses compagnons. Durant le combat qui s'ensuivit, Akared fut apparemment tué tandis que Marvelous s'enfuyait à bord du Gokai Galleon en emportant les ranger keys, pour recruter ensuite un nouvel équipage qui allait devenir les Gokaigers.


Pour Marvelous et Akared, ce fut le jour où ils furent trahis par leur camarade. Pour Basco, c'était un jeudi.

Et donc, de nos jours, Marvelous se retrouve à nouveau face à Basco qui a entretemps récupéré les ranger keys correspondant aux rangers additionnels et est bien décidé à s'emparer de celles en possession des Gokaigers. Pour y parvenir, cet individu machiavélique et sans scrupules n'est jamais à court de stratagèmes, ayant toujours plusieurs coups d'avance sur ses adversaires. Déjà redoutable en tant que stratège, Basco peut compter sur l'aide au combat de son animal de compagnie Sally, une guenon humanoïde dont le ventre est pourvu d'un coffre d'où sortent des monstres géants, mais aussi sur celle de copies des rangers additionnels qu'il fait apparaître en plaçant les ranger keys les représentant dans une trompette spéciale, laquelle lui sert également à aspirer de force le "grand pouvoir" des anciens rangers qu'il croise.


Et en plus, il joue faux!


Méfiez-vous de ses contrefaçons.

Peu après leur premier affrontement avec Basco, à l'issue duquel ils sont parvenu à lui reprendre une partie de ses ranger keys, les Gokaigers font la rencontre de Gai Ikari alias Gokai Silver. Jeune homme enthousiaste et véritable groupie des Super-Sentai, ce dernier s'était retrouvé dans le coma après avoir sauvé la vie d'une enfant et avait alors eu la vision de Dragon Ranger (Zyu Ranger), Time Fire (Time Ranger) et Abare Killer (Aba Ranger), trois 6emes rangers décédés dont les méchas étaient basés sur des dinosaures. Ces derniers lui remirent un morpher lui permettant de se transformer en Gokai Silver et de faire venir de l'époque d'origine des Time Rangers un mécha pouvant prendre la forme d'un char d'assaut (Gôjûdrill), d'un dinosaure semblable au Dragon Caesar de Dragon Ranger (Gôjûrex) et d'un robot humanoïde évoquant le KillerOh d'Abare Killer (Gôjûjin).


I see dead rangers.


Un animal du passé venu du futur dans notre présent.

Gokai Silver est donc le 15ème 6ème ranger de l'histoire du Super-Sentai et, en tant que tel, il peut se transformer en n'importe lequel de ses prédécesseurs en utilisant les ranger keys reprises à Basco.


À force d'hésiter entre Go-On Gold et Go-On Silver (Go-Onger) ...


... il a finalement opté pour les deux.

Mieux: en les combinant en une clé unique, il peut faire apparaître une armure en forme d'ancre qui le transforme en Gokai Silver Gold Mode.


Une transformation qui fera couler beaucoup d'ancre.

Et là, j'entends certains d'entre vous me dire: "Maiheu, il y a eu bien plus de 15 rangers additionnels dans l'histoire du Sentai!" Et c'est là que je dois vous expliquer la subtile différence entre un 6eme ranger et un bangai hero. Un 6eme ranger est un ranger additionnel réunissant trois caractéristiques: une identité civile (ou pouvant prendre une apparence humaine comme Shurikenger de Hurricaneger), un costume proche de ceux des autres rangers de l'équipe et son propre mécha. Inversement, ceux qui n'ont pas de forme humaine (Zubaan de Boukenger, Ninjaman de Kakuranger), un costume trop différent de ceux des autres membres de l'équipe (Kurokishi de Gingaman, Zeek de Go-Go Five) ou sont des rangers supplémentaires dans une équipe comportant déjà un 6eme ranger (Dekamaster de Deka Ranger) sont considérés comme des bangai heros (héros supplémentaires).


On ne résiste pas à l'appel du bangai.

D'ailleurs, à ce stade de l'histoire, les Gokaigers détiennent toutes les ranger keys correspondant aux 6emes rangers tandis que celles correspondant aux bangai heros sont toujours en possession de Basco. Enfin presque, car les auteurs n'ont pas respecté leur propre concept et ont inclus le bangai hero Gosei Knight (Goseiger) dans les ranger keys utilisées par Gokai Silver. Son armure étant décorée des visages de ses prédécesseurs, je suppose que les auteurs tenaient absolument à ce qu'il y en ait 15 mais qu'inclure celui de Gokai Silver aurait fait double emploi avec sa propre tête.


Ils sont 15 alors que je suis le 15eme 6eme ranger? Il y a un intrus!

Quoi qu'il en soit, l'arrivée de Basco puis de Gai permet de modifier considérablement la dynamique de la série. En plus d'être un méchant ultra-charismatique, Basco, en tant que double négatif des Gokaigers poursuivant le même objectif, confère à leur recherche des précédents rangers un caractère urgent qui faisait défaut jusqu'à présent. Quant à l'exubérant Gai qui est une véritable groupie des anciens rangers, ses connaissances encyclopédiques en matière de Sentai sont bien utiles quand il s'agit de décoder les prédictions de Navi.


Et soyez bien attentif au cours car il y a une interro écrite juste après.


Parce qu'on ressemble à des écoliers, peut-être?


Je n'exagère pas en parlant de groupie.


Je peux avoir un autographe?

En revanche, cette deuxième partie met un bémol concernant les transformations de Gokaioh, les "grands pouvoirs" que les Gokaigers obtiennent des anciens rangers ne débloquent plus désormais que de nouvelles attaques et aucune nouvelle forme. Du moins, jusqu'à l'épisode double qui conclue cette deuxième partie par un excellent crossover où les Hurricanegers reprennent du service (deux ans avant 10 years after) pour combattre de nouvelles versions de leurs ennemis Sandaru et Satarakura qui ont rejoint les rangs de Zangyack.


Nous sommes de retour pour vous jouer un mauvais tour!


Dis "camion".


Pouet, pouet!


Les Hurricanegers sont tout ouïe.


Ahim aussi.

Et si jusqu'à présent, Gokaioh obtenait de nouvelles formes en se combinant à des méchas préexistants, on a cette fois droit à un mécha presque inédit: une nouvelle version de Fûraimaru d'Hurricaneger qui ressemble à un mix entre la précédente et le Tenkûjin de Shurikenger et qui se combine à Gokaioh pour former un robot ninja nommé Hurricane Gokaioh.


Ce qui en fait un robot multiclassé pirate, samouraï et ninja.

Et c'est avec ce nouveau power-up de Gokaioh que se termine cette deuxième partie de Gokaiger qui poursuit la formule initiée dans la précédente tout en introduisant de nouveaux personnages et enjeux en attendant une troisième partie riche en changements pour les adversaires de nos héros.


Le changement, c'est maintenant: it's morphing time!



PARTIE 3 - La mort du prince (Episodes 27-38)


Le premier changement concerne Basco qui, après une énième attaque ratée contre les Gokaigers, se fait reprendre les dernières ranger keys en sa possession. On pourrait croire qu'il ne représente plus une menace maintenant qu'il ne peux plus invoquer des copies de bangai heros pour combattre à ses côtés mais il révèle alors que son apparence humaine est un leurre et qu'il est en réalité bien plus fort que nos six héros réunis.


Basco 2.0.

Afin de compenser le power-up de leur ennemi, Don met au point une nouvelle arme, le gokai galleon buster, un canon imitant la forme du Gokai Galleon alimentée par l'énergie de cinq ranger keys alors que leurs armes habituelles n'en utilisent qu'une (Gokai Silver fera d'ailleurs remarquer au passage à Don qu'il a, sans le savoir, copié le Olé bazooka des Oh Rangers). Le hasard et le scénariste faisant bien les choses, Don finalise justement cette nouvelle arme au moment où Zangyack envoie contre eux un adversaire équipé d'un bouclier réputé indestructible.


Auparavant, il avait tenté de simplement ajouter un chargeur à son arme.


Mais c'était pas très au point!


100 fois sur le métier ...


Les galères vont commencer pour leurs ennemis.

Par la suite, les Gokaigers se retrouvent bloqués sur un monde parallèle après avoir été piégés par Babatcheed, le nouveau leader de Gaiark (les ennemis des Go-Ongers). S'étant ainsi débarrassé du dernier Sentai en activité, il espère conquérir tranquillement la Terre et apporte ainsi la réponse à une question qu'implique forcément l'appartenance de toutes les séries Sentai à une même continuité: que se serait-il passé si, au lieu de tenter d'envahir la Terre à tour de rôle, les méchants de Sentai l'avaient attaquée en même temps? Simple: ils se seraient tapés dessus les uns les autres!


À présent, plus personne ne s'oppose à mes projets de conquête de la Terre!


Tu permets? On était là avant!

De leur côté, les Gokaigers réussissent à regagner la Terre en passant par le Machine World, un monde parallèle peuplé de véhicules vivants (très inspirés du film Cars) d'où étaient originaires les méchas des Go-Ongers. À cette occasion, on découvre que deux d'entre eux, Speedor et Bear RV, se sont mariés et ont eu un fils nommé Mahalcon (contraction de mach (qui s'écrit maha en japonais) et de falcon), lequel deviendra leur allié quand ils obtiendront le "grand pouvoir" des Go-Onger. On remarquera au passage l'évolution suivie par les méchas issus des Sentais précédents: d'abord des méchas préexistants, puis une nouvelle version d'un ancien mécha et enfin, un mécha inédit.


Apprendre le mariage de sa voiture, ça fait un choc.


Leur fils est un chauffard.


Mais Gokaioh arrivera à le dompter.

Quant à Joe, après avoir sollicité en vain l'aide de l'ancien Yellow Lion (Liveman) pour rendre son amitié à Barizorg (ce qui permet un parallèle avec la série Liveman dont les héros étaient confrontés à un dilemme similaire en devant affronter leurs anciens camarades), il comprend que la transformation de son ancien ami est bel et bien irréversible et se résout à le tuer en combat singulier.


Désolé, Barizorg, mais le moment est venu de conclure cette storyline.

Désireux de venger la mort de Barizorg tout en prouvant à son père et à ses subalternes (et aux spectateurs, par la même occasion) qu'il n'est pas le bouffon incapable que tout le monde s'imagine, Warz Gil tente d'affronter Gokaioh aux commandes d'un robot à son effigie nommé Great Warz. Mais il est vaincu par Kanzen Gokaioh, un robot formé par la combinaison de Gokaioh, Gôjûjin et Mahalcon.


Sa combinaison avec une Formule 1 nous donne un Gokaioh nouvelle formule!


Le prince est mort, la monarchie est menacée!

Comme je vous l'avais annoncé, cette troisième partie est riche de changements pour le camp adverse avec le power-up de Basco (qui se fait cependant discret après sa transformation puisqu'on ne le revoit pas avant la quatrième partie) et la mort de deux ennemis récurrents dont celui qui était jusqu'à présent leur leader, mais aussi pour les Gokaigers qui obtiennent une nouvelle arme et la forme finale de leur robot géant, ce qui ne sera pas de trop pour venir à bout de la nouvelle forme de Basco et du remplaçant de Warz Gil.


L'empereur qui succède à son fils, c'est vraiment le monde à l'envers!



PARTIE 4 - Le plus grand trésor de l'univers (Episodes 39-51)


La mort de son fils oblige en effet Akudos Gil à rejoindre notre système solaire pour superviser à sa place l'invasion de la Terre. Après avoir un temps emprisonné Damaras dont il considère qu'il a échoué dans sa mission de protéger Warz, il le rétablit dans ses fonctions pour qu'il élimine une bonne fois pour toutes les Gokaigers. Pour cela, Damaras s'allie à Basco et dans un premier temps, ils semblent parvenir à supprimer nos héros à l'exception de Marvelous qui est emprisonné dans l'attente de son exécution et de Don, le plus faible de l'équipe que Zangyack considère comme insignifiant.


Si personne ne vient à son aide, la série va se terminer plus tôt que prévu.

On serait pourtant tenté de croire qu'ils ont tort puisque peu de temps avant, les Gokaigers avaient découvert des indices donnant à penser que le poltron et gaffeur Don serait en réalité un guerrier légendaire ayant perdu la mémoire ... Sauf que la série s'empresse de contourner le cliché en révélant qu'en réalité, tout ça faisait partie d'une farce de Don à ses camarades!


Don serait un guerrier légendaire?


Qui l'eut cru?


Maman, j'ai peur!


Bas les pattes!

Il n'en reste pas moins que Don réussit à délivrer Marvelous seul avant d'être rejoint ... par ses compagnons bien vivants! Leur mort n'était qu'une mise en scène de Basco qui estime qu'ils lui sont plus utiles vivants pour collecter les "grands pouvoirs" à sa place et ne s'était donc allié à Damaras qu'en attendant le moment opportun pour le poignarder dans le dos ... littéralement!


On est déjà jeudi?

Damaras trouve donc à son tour la mort en combattant les Gokaigers. Une mort qui arrive malheureusement bien trop tôt. En effet, ce personnage était jusqu'à présent le plus effacé des généraux de Zangyack, à la limite de n'être qu'un élément du décor, et la mort de Warz Gil couplée à sa volonté de le venger aurait pu lui permettre de le remplacer brièvement à la tête de Zangyack et d'avoir enfin son heure de gloire. Il aurait suffit de décaler l'arrivée d'Akudos de quelques épisodes durant lesquels Damaras aurait assuré l'intérim. Une belle occasion gâchée, donc.


J'ai droit à quoi, cette année, Petit Papa Noël?


Comment ça, "j'ai pas été assez sage"?

Au passage, les morts successives des généraux de Zangyack permettent d'humaniser les méchants en nous montrant qu'ils sont réellement attachés les uns aux autres: Warz veut venger la mort de Barizorg, puis Damaras voudra venger celle de Warz tandis qu'Insarn prendra sa défense quand Akudos le fera incarcérer pour ne pas avoir su protéger son fils.


Ben quoi? On peut être méchant et avoir le cœur sensible!

En outre, cette quatrième partie nous apporte enfin l'explication de l'apparition des Gokaigers dans le crossover Goseiger vs Shinkenger: Domon des Time Rangers les avait envoyés dans le passé pour qu'ils empêchent la destruction d'un temple. Et quand on sait à quel point il est délicat de jongler avec les histoires de voyage dans le temps, surtout quand elle concerne deux épisodes éloignés dans le temps, on ne peut qu'applaudir les scénaristes qui arrivent à être parfaitement raccords avec la scène vue dans le crossover tout en justifiant de manière satisfaisante l'absence de Gokai Silver. Ajoutez à cela la réapparition surprise d'un personnage récurrent de Time Ranger et la scène finale riche en émotion qui en résulte et vous comprendrez à quel point cet épisode est une réussite!


Un hologramme du futur? J'ai zappé sur Code Quantum?


Visiblement, la société de prestataires de service des Time Rangers s'est reconvertie dans le journalisme.

Il faudra cependant quelques épisodes supplémentaires à nos héros pour découvrir pourquoi la préservation de ce temple était aussi importante pour eux: en empêchant sa destruction, ils ont sauvé la vie de Ninjaman qui y était emprisonné et qui leur permet d'obtenir le "grand pouvoir" des Kakurangers. Autrement dit: le seul qui leur manquait encore en plus des cinq dont Basco s'est déjà emparé. Ce qui signifie que l'ultime confrontation avec leur rival est proche.


Pourquoi Ninjaman était-il emprisonné? La réponse en images!

Confrontation pour laquelle, fidèle à son habitude, Basco opte pour une approche sournoise en faisant croire aux Gokaigers qu'il s'est retourné contre sa fidèle Sally afin qu'ils la recueillent à bord du Gokai Galleon et qu'elle puisse dérober les ranger keys. Sauf que Sally se retrouve confrontée à un cas de conscience: doit-elle trahir la confiance des Gokaigers qui l'ont spontanément recueillie et soignée malgré leur inimitié, ou désobéir à Basco qui n'a pas hésiter à la blesser grièvement pour que sa ruse fasse plus vrai?


C'est un choix douloureux, d'où les bandages.

Finalement, Sally se range du côté des Gokaigers et Basco fait exploser une bombe dissimulée dans un collier qu'il lui avait offert comme "porte-bonheur" (quand je vous dit que ce type n'est absolument pas digne de confiance!), blessant Marvelous dans l'explosion avant de s'emparer des ranger keys et du Gokai Galleon.


Confisqués!


Le nouveau propriétaire des lieux.

Les Gokaigers parviennent heureusement à lui reprendre leurs biens et cela se termine par le duel tant attendu entre Basco et Marvelous. Et selon une certaine justice ironique, c'est la trahison de Basco envers Sally qui lui coûte la victoire: non seulement elle a sauvé la vie de Marvelous en enfermant au dernier moment son collier explosif dans son coffre ventral, mais c'est un fragment de ce collier qui a ensuite protégé Marvelous d'un projectile mortel tiré par Basco.


Match nul?

Basco mort, les Gokaigers peuvent non seulement récupérer les "grands pouvoirs" qui leur manquaient mais il leur a aussi appris que Navi doit leur permettre d'accéder au trésor qu'ils recherchent. Le perroquet robot prend alors la forme d'une porte qu'ils ouvrent à l'aide des ranger keys pour accéder enfin au "plus grand trésor de l'univers".


Lewis Carroll se demandait pourquoi un corbeau ressemble à un bureau, les Gokaigers se demandent pourquoi un perroquet ressemble à une porte.


Le plus grand trésor de l'univers ressemble étrangement à la triforce de Zelda.

Le trésor en question est donc un artefact capable de modifier le passé pour exaucer les souhaits de ses possesseurs. Dans un premier temps, les Gokaigers espèrent l'utiliser pour effacer l'existence de Zangyack, permettant ainsi de restaurer le monde natal de Don, Sid, la famille d'Ahim et la sœur de Luka. Bref, comme vous le voyez, les Gokaigers ont beau se la jouer "pirates cyniques motivés uniquement par la recherche du trésor", leurs souhaits n'ont rien d'égoïste. Sauf que ... le trésor étant alimenté par les "grands pouvoirs" des précédents Sentai, les Gokaigers ne peuvent l'utiliser sans effacer leur existence. Et comme ils ont entretemps appris à estimer leurs prédécesseurs et pu constater à quels point leur héroïsme inspirait les Terriens, ils estiment que le sacrifice est trop grand et préfèrent détruire le trésor.


En tant que fille girly de l'équipe, Ahim a droit à l'épisode traditionnel des 7 transformations.


Et alors? Moi-aussi, je peux changer de look!

De son côté, Akudos Gil se révèle être bien moins subtil que son fils dans son approche de la conquête de la Terre contre laquelle il lance toute sa flotte, mettant rapidement hors de combat Gokaioh et Gôjûjin.


Ses vaisseaux sont si nombreux qu'ils peuvent faire écran au soleil.


Tant mieux, nous pourrons combattre à l'ombre.

Un temps déstabilisés, les Gokaigers se reprennent et triomphent de Zangyack ... avec les armes de leurs adversaires! En effet, privés du Gokai Galleon et de Gôjûdrill, Marvelous et Gokai Silver utilisent le Free Joker (le vaisseau de Basco) pour prendre d'assaut le vaisseau amiral de Zangyack, Gigant Horse, dont ils utilisent ensuite la puissance de feu pour anéantir l'armada. Même si j'apprécie l'ironie de cette victoire, je trouve dommage que l'utilisation du Free Joker n'ait pas été préparée en amont. Certes, on se doutait qu'il devait bien se trouver quelque part sur Terre et être toujours utilisable mais on ne voit à aucun moment les Gokaigers trouver sa cachette ou en prendre les commandes, ni même le mentionner dans la conversation avant son apparition.


Du coup, ce vaisseau débarque vraiment comme un deus ex machina dans la soupe!


Et vous allez voir qu'il y en aura qui prétendront que c'était un inside job.

La flotte ennemie anéantie, il ne reste plus aux Gokaigers qu'à triompher d'Akudos Gil à l'issue d'un combat qui constitue le point d'orgue de la série en montrant nos héros multiplier les transformations en anciens rangers pour l'affronter (j'ai eu la flemme de toutes les noter, mais je suis pratiquement certain qu'absoluement TOUS les anciens Sentais y sont représentés!).


Les 35 Sentais, je ne sais pas.


Mais les 36 chandelles, Akudos les a bien vues.

Akudos et ses troupes vaincus et le Gokai Galleon remis en état, il ne reste plus aux Gokaigers qu'à quitter la Terre pour aller affronter ce qui reste de l'empire Zangyack sur son monde d'origine (la série a donc une fin ouverte qui suggère que leur ennemi n'a pas été complètement anéanti), non sans avoir auparavant restitué les ranger keys à leurs propriétaires légitimes qui retrouvent ainsi leurs pouvoirs. Riche de symbolisme, une des dernières images de la série montre Aka Ranger, le leader du tout premier sentai Goranger, revêtir son uniforme pendant que le Gokai Galleon s'éloigne à l'arrière-plan.


Rendons aux Sentais ce qui est aux Sentais.


Le seul et unique Aka Ranger.


Méfiez-vous des contrefaçons.

Et on ne pouvait rêver une meilleure conclusion pour cette série que celle-ci qui nous offre toute une série d'affrontements épiques entre nos héros et leurs derniers adversaires, tout en les voyant préférer renoncer au dernier moment au trésor qu'ils ont consacré tant d'efforts à rechercher plutôt que de sacrifier leurs prédécesseurs qu'ils ont appris à estimer. Et cet estime est réciproque car nos héros ont beau persister à jouer les pirates cyniques n'ayant sauvé la Terre que parce que c'était dans leur intérêt, ni les anciens rangers, ni les civils, ni les spectateurs ne sont dupes: les Gokaigers sont bel et bien les dignes héritiers de la longue lignée des Sentais.


Vous êtes nos dignes successeurs.


C'est à cause des costumes que vous dites ça?



GOKAIGER GOSEIGER SUPER-SENTAI 199 HERO GREAT BATTLE


Passons à présent aux films et épisodes spéciaux consacrés à nos héros. Anniversaire oblige, le premier film les mettant en scène (si on excepte leur première apparition dans Goseiger vs Shinkenger) est un gigantesque hommage à la franchise chronologiquement situé entre les épisodes 16 et 17, soit entre le premier combat contre Basco et l'arrivée de Gokai Silver (qui apparaît d'ailleurs brièvement en costume à la fin). À noter que la sortie en salle était initialement prévue pour mai 2011 mais qu'elle fut décalée au mois suivant à cause du tristement célèbre séisme.


Le séisme de 2011? C'est un petit joueur, comparé à moi!

Les Gokaiger y sont confrontés aux Goseigers qui ne leur font pas confiance et veulent leur reprendre les ranger keys pour retrouver leurs pouvoirs et combattre Zangyack à leur place. S'ensuit une bataille entre les deux équipes à l'issue de laquelle les autres ranger keys tombent entre les mains de Kurojûji Ô, la réincarnation de Kurojûji Sôtô, le leader de Kurojûjigun (l'armée de la croix noire), l'organisation qu'affrontait le tout premier Sentai Goranger, obligeant les deux équipes rivales à unir leurs forces pour les lui reprendre.


Sentai contre Sentai.


Réussiront-ils à obliger Kurojûji Ô à faire une croix sur ses projets de conquête?

La totalité des rangers des séries passées (ou du moins, des cascadeurs portant leurs costumes car ça aurait été difficile de réunir les 199 acteurs originaux) apparaissent à plusieurs reprises dans ce film. D'abord dans la scène d'ouverture qui est une version longue du fameux combat vu au début de la série qui opposait la coalition des anciens Sentai à la première vague d'invasion de Zangyack, puis quand Kurojûji Ô utilise les ranger keys pour invoquer leurs copies que nos héros doivent affronter, et enfin, quand ils apparaissent pour leur remettre une arme inédite, le Super-Sentai bazooka.


J'ai la flemme de les compter pour m'assurer qu'ils sont bien 199.

Cerise sur le gâteau, l'affrontement final contre Kurojûji Ô transformé en un monstre gigantesque fait intervenir les principaux robots de la franchise (même si les interventions de certains d'entre se limitent à des stock-shots de leurs séries) avec en prime, la combinaison de Gokaioh avec le Variblune des Gorangers pour former Goren Gokaioh. Bref, que du bonheur pour les fans nostalgiques!


Waow! C'est trop de robots pour être vrai!



GOKAIGER THE MOVIE - THE FLYING GHOST SHIP


Dans leur film solo se déroulant entre les épisodes 23 et 24, les Gokaigers s'introduisent à bord d'un mystérieux et gigantesque vaisseau fantôme à la recherche d'un artefact capable d'exaucer un souhait.


Qui dit vaisseau fantôme dit fantômes.


Maiheu! J'ai pas signé pour un remake de 7 ans de réflexion, moi!


Hmmm ... Blanche!


Trois fantômes qui surgissent de nulle part pour improviser un numéro musical et qu'on ne revoit plus ensuite, c'est un big lipped alligator moment spectral!


Notez, le girls band G3 Princess (constitué, il est vrai, d'actrices de Go-Onger) qui surgit d'une balle de baseball pour jouer les pompomgirls afin de distraire l'adversaire, c'est pas mal non plus dans le genre!

Malheureusement, les Gokaigers se retrouvent piégé dans une autre dimension où ils doivent affronter d'anciens méchants de Sentai, comme Yakyû Kamen (Gorangers), l'Agent Abrera et ses Mecaningens (Deka Ranger) et même ... un aréopage d'anciens soldats fusionnant en une créature unique.


Ah, ça me rappelle le bon vieux temps!


Sbires de tous les Sentais ...


... unissez-vous!


Et puis non, sauve qui peut: ils sont encore pire que leurs prédécesseurs!

Le tout se terminant par un combat opposant Gokaioh à son double maléfique dans un bâteau pirate à leur échelle. Bref, un film sympathique adaptant des éléments de films de pirate aux combats de robots géants sans oublier les inévitables références aux séries précédentes.


La version pirate du robot pirate.


À l'abordage, mille sabords!


C'est toi qui va te faire saborder, copie cheap au rabais!



GOKAIGER vs GYABAN


Arrive la date de sortie du film habituellement dévolu au crossover annuel associant le Sentai en cours à son prédécesseur ... sauf que celui-ci a déjà eu lieu dans Super-Sentai 199 hero great battle! Qu'à cela ne tienne, la Toei en profite pour faire d'une pierre deux coups en célébrant l'anniversaire d'une autre de leur franchise avec un crossover avec Uchû Keiji Gyaban (X-Or dans notre contrée), la toute première série de la franchise Metal Heros qui fétait alors ses 30 ans.


Et durant tout ce temps, son armure a été parfaitement entretenue.


Pas très fan du Dol en CGI, par contre.


Gyaban se prend pour Wonder Woman.


- Comment as-tu deviné que j'étais le méchant de cette histoire?
- Le costume de M. Bison m'a mis sur la voie.


Gyaban affronte sa version pirate.


Le Makû Kûkan est toujours aussi peu accueillant.

Et ce crossover (chronologiquement situé entre les épisodes 46 et 47) est une véritable réussite qui, en plus de bénéficier d'un excellent scénario et d'une scène rigolote où les Gokaigers délivrent d'anciens méchants repentis de Sentai emprisonnés par Zangyack qui n'avait pas apprécié leur changement de camp ...


On veut parler à nos avocats!

... multiplie les clins d'œil savoureux comme Gyaban qui cite les paroles de son propre générique ou la présence de Denziblue (Denziman) et Battle Kenya (Battle Fever J), deux anciens rangers également incarnés par Kenji Oba qui nous vaudront une scène finale où les trois personnages se transforment dans un hommage à une scène similaire qui concluait la trilogie des Uchû Keiji.


3 Kenji Oba pour le prix d'un.


Et 3 Go-Busters qui font leur première apparition en prime.

La Toei avait même l'espoir d'en profiter pour relancer la franchise des Uchû Keiji avec de nouvelles versions de Gyaban, Sharivan et Shaider. Las! Le film Uchû Keiji Gyaban ne tient pas ses promesses et le médiocre Super-Hero Taisen Z (j'en reparlerai plus loin) enfonce le clou. Et même si le diptyque Next Generation de Kôichi Sakamoto retrouve le niveau de qualité de Gokaiger vs Gyaban, il est déjà trop tard: le relaunch est officiellement considéré comme mort-né. Un bel exemple de rendez-vous manqué.


Ce qui nous laisse sur notre faim.



GO-BUSTERS vs GOKAIGER


Evidemment, après l'arrêt de leur série, les Gokaigers reviennent l'année suivante pour le crossover traditionnel avec leur successeurs. On y découvre que leur attaque contre la planète d'origine de Zangyack ne s'est pas très bien passé et qu'ils y ont subi une cuisante défaite à l'issue de laquelle ils ont accepté de se mettre au service de Zangyack, désormais dirigé par le neveu d'Akudos, Bacchus.


Bacchus Gil, super-vilain alcoolique.


Comme l'indiquent leurs vêtements noirs, les Gokaigers ont rejoint le côté obscur.

Ce dernier se rend alors sur Terre où il s'allie avec Enter, un ennemi des Go-Busters, pour s'emparer des cinq ranger keys fantasmagoriques qui leur permettront de conquérir notre planète.


Ces clés ...


... vont leur permettre d'ouvrir ...


... une porte porte-malheur.

Ces clés ayant été dispersées à des époques différentes, Zangyack, les Go-Busters et les Gokaigers (lesquels, vous vous en doutiez, ont seulement fait semblant de s'allier à Zangyack, attendant le moment propice pour se retourner contre eux) doivent donc voyager dans le temps pour les récupérer.


En tant que membre d'une famille royale, il n'est pas certain que la France de 1805 soit l'endroit le plus sûr pour Ahim.


Surtout si le système de sécurité a été conçu par Guillotin.


Heureusement, la Tulipe Noire veille!


Maiheu! J'ai pas signé pour un remake de King Kong, moi, je suis beaucoup trop petit!

Bref, un crossover plutôt réussi qui apporte une suite satisfaisante à la série tout en mixant ses éléments à ceux de Go-Busters. Cerise sur le gâteau: le combat final où les Gokaiger et les Go-Busters utilisent les ranger keys fantasmagoriques pour transformer leurs robots en ceux des séries précédentes.


Espérons qu'ils ne soient pas trop rouillés depuis le temps.


Hé! N'oubliez pas la première apparition des Kyoryugers!


Heu ... Celle de Kyoryu Red, en tout cas.


Vous êtes en retard, les copains!



SUPER HERO TAISEN


Enfin, les Gokaigers jouent un rôle central dans l'intrigue de Super-hero taisen, un gigantesque crossover opposant les Sentais aux Kamen Riders et dans lequel on découvre que Marvelous ... est devenu le leader d'une nouvelle version de Zangyack? Pendant que Kamen Rider Decade est devenu celui d'une nouvelle version de Shocker? Et que le premier traque les Kamen Riders pour les éliminer? Tandis que le deuxième fait de même avec les Sentais?


Attendez une seconde ... C'est quoi, ce délire?

Rien qu'avec ce pitch de départ, on devine que ce film va être une catastrophe et Dieu, que c'est le cas! Comme si le comportement totalement out-of-character de Marvelous et Decade ne suffisait pas, le scénario n'est qu'une succession de combats sans queue ni tête à la justification bancale et dont la résolution repose sur des ficelles énormes du style "en réalité, c'était nous les vrais méchants et on vous a menti", "oui, mais nous, on faisait semblant d'être devenus méchants" et autres "et nous, on l'a fait exprès de dire qu'on était morts!" À ce stade, même un bon gros "ce n'était qu'un rêve" aurait été préférable. Et ne parlons pas de la réapparition de plusieurs méchants emblématiques des deux franchises dont la plupart ne sont là que pour faire de la figuration, y compris Warz et Akudos qui ressuscitent pour ne servir absolument à rien.


On est de retour pour passer notre tour.


We need a bigger robot.

Comme si une seule catastrophe de ce genre ne suffisait pas, les producteurs récidivent l'année suivante avec Super-hero taisen Z qui mélange Sentai, Kamen Rider et Uchû Keiji. Certes, cette fois, le film bénéficie d'un scénario digne de ce nom (en gros, empêcher la résurrection de Maô Psycho, le big bad boss de Sharivan) mais l'ensemble reste handicapé par de trop nombreux personnages qui débarquent de nulle part pour repartir aussitôt, n'étant là que pour caser le plus grand nombre de références possible.


Tiens? Salut, Inazuman! Toi-aussi, t'es dans le film?


Le summum est atteint quand les Gokaigers se transforment en metal heroes ... uniquement pour utiliser le gokai galleon canon!

Mais il y a aussi le comportement totalement out-of-character de Gyaban, désormais intransigeant et prêt à sacrifier la Terre, tandis que Raider veut ramener Maô Psycho à la vie ... alors que son objectif dans Sharivan était de l'assassiner pour prendre sa place!


Et puisqu'on parle de Raider: un maquillage moins crédible dans un film de 2013 que dans une série de 1983, il fallait quand même le faire!

Bref, ces deux films n'ont que très peu de respect pour leur héritage et sont donc plus que dispensables. À la rigueur, vous pouvez vous contenter du deuxième qui comporte quand même quelques points positifs.


Oui, oubliez ces films, s'il vous plaît!


Voguons vers de nouvelles aventures, moussaillons!



BILAN


Concept = 5 / 5
Un habile mélange entre une histoire de pirates chercheurs de trésor clairement empruntée à One Piece et un hommage aux nombreuses séries de Sentai qui l'ont précédé.



Scénario (Intrigue globale) = 5 / 5
Une excellente intrigue principale centrée sur la quête d'un fabuleux trésor par des pirates faussement égoïstes qui prouveront qu'ils sont les dignes successeurs des précédents Sentais en préférant y renoncer après l'avoir dûrement acquis, le véritable trésor qu'ils auront obtenu étant l'estime de leurs prédécesseurs et la reconnaissance des Terriens.



Scénario (Episodes) = 4,4 / 5
On alterne entre des épisodes "classiques" consacrés à la lutte opposant les Gokaigers à Zangyack et des épisodes "hommages" où ils rencontrent d'anciens rangers qu'ils doivent convaincre de leur remettre leur grand pouvoir. (Voir la section épisodes pour plus de détails.)



Héros = 4,6 / 5
D'excellents personnages dotés de personnalités bien définies, dont on découvre les origines et les motivations au cours de la série et dont les allures de pirates cyniques et intéressés ne trompent personne et certainement pas le spectateur. À la rigueur, on pourrait reprocher à Ahim d'être trop effacée par rapport aux autres, même si c'est le personnage qui veut ça, et la nature exubérante de Gai peut le rendre agaçant aux yeux de certains spectateurs.



Costumes = 5 / 5
Superbes, ils marient à la perfection l'esthétique Sentai à celle des pirates, tandis que les tenues civiles reflètent la personnalité des personnages en plus d'être agrémentés de vestes qui évoquent l'imagerie pirate.



Armes et accessoires = 5 / 5
De très jolis designs pour des versions hi-tech d'armes traditionnellement associées à la piraterie (pistolets, sabres, canons) ou à la marine (l'ancre transformable en trident de Gokai Silver). La combinaison des sabres de Gokaioh pour former un double naginata quand il devient Shinken Gokaioh est une excellente idée.



Morpheurs = 5 / 5
Le mobirate et le gokai cellular respectent la tradition du téléphone portable morpheur avec, pour le premier, le gimmick sympa de la moitié supérieure qui devient l'emblème des Gokaigers quand il est activé. Plus originales sont les clés à l'effigie des précédents rangers qui activent leurs différentes transformations tout en évoquant les clés des coffres au trésor (toujours l'imagerie pirate).



Séquences de transformation = 5 / 5
La séquence principale est très jolie et j'aime bien l'idée des chiffres romains XXXV qui font apparaître successivement les différents éléments de leurs costumes. En outre, à chaque fois que les Gokaigers se transforment en un de leurs prédécesseurs, on a droit à une version moderne de sa séquence de transformation enjolivée par les trucages modernes.



Personnages réguliers = 4,6 / 5
Avec le nombre conséquent d'anciens rangers que croisent nos héros, la série n'a pas la place de leur développer un entourage. Aussi, le seul personnage récurrent est leur mascotte Navi qui, en plus d'être fun et de respecter l'imagerie pirate de la série avec son aspect de perroquet robot, est indispensable à la quête des héros grâce à ses pouvoirs divinatoires et le fait que son corps soit la porte pour accéder au trésor qu'ils convoitent.



Personnages secondaires = 4,7 / 5
C'est évidemment un plaisir de retrouver des personnages des anciennes séries et de découvrir ce qu'ils sont devenus depuis, même si certains se contentent de brèves apparition. Mais on a aussi droit à des personnages qui, malgré un temps de présence à l'écran souvent réduit au minimum, contribuent à étoffer le background des héros (famille et amis donc beaucoup sont décédés du fait de Zangyack), ainsi que quelques civils qui croisent leur route le temps d'un ou deux épisode, chacun tirant une leçon réciproque de cette rencontre.



Ennemi(s) récurrent(s) = 3,4 / 5
La seule chose qui empêche la série d'atteindre la perfection sont des adversaires assez fades malgré de jolis designs incluant des éléments renvoyant à l'imagerie pirate (Le manteau de Damaras, l'uniforme de Warz): au poste de chef suprême, Warz Gil (2,4 / 5) manque cruellement d'envergure (même si c'est assumé par le scénario) tandis que son père Akudos (1,6 / 5) est présent trop peu de temps pour parvenir à s'imposer, Damaras (2,2 / 5) est le plus souvent transparent et meurt au moment où il commençait à prendre de l'importance, Insarn (2,1 / 5) est un personnage fonction qui n'est là que pour faire grandir le monstre de la semaine (et se plaindre quand quelqu'un le fait à sa place) et Dailando (1,3 / 5) est horripilant. Les seuls qui sortent du lot sont Barizorg (5 / 5), méchant malgré lui aux origines tragiques, et bien sûr, l'excellent Basco (5 / 5), salopard charismatique que le spectateur adore détester, ainsi que son assistante Sally (5 / 5) qui connaît une touchante rédemption finale. Les soldats ont de jolis designs, qu'il s'agisse des Gormins (4 / 5), des Sugormins (4,5 / 5) dont la transformation en véhicules volants est un bon gimmick, et des Dogormins (4,3 / 5) qui, même s'ils reprennent l'aspect des précédents en changeant juste la couleur, ont des armes originales reproduisant le motif du blason de Zangyack.



Monstres de la semaine = 3,4 / 5
À deux exceptions près signées 篠原 保 (Shinohara Tamotsu), ils ont été désignés par le regretté 韮沢 靖 (Nirasawa Yasushi) qui, s'il était très talentueux, avait quelques motifs récurrents (design ultra-détaillé, aspect chitineux, couleurs flashy) qui font qu'on a parfois l'impression d'avoir déjà vu certains monstres dans une autre série sur laquelle il a travaillé. Les monstres géants de Basco manquent de cohérence esthétique, certains ayant des caractéristiques visuelles communes et d'autres pas. (Voir les sections Zangyack, Basco Ta Jolokia et anciens adversaires pour plus de détails (Les personnages issus d'autres séries ne sont évidemment pas notés))



Casting = 5 / 5
Tous les acteurs sont excellents.



Combats = 5 / 5
Très bons avec une mention spéciale pour le style de combat humoristique à la limite du cartoonesque du poltron Gokai Green et j'aime l'idée que les personnages échangent parfois leurs armes, certains étant spécialisés dans les combats avec deux sabres ou deux pistolets, ce qui permet des variations dans les attaques collectives regroupées sous le nom de final waves. On appréciera également la réutilisation d'attaques finales des séries précédentes.



Méchas (Véhicules) = 3 / 5
Si le Gokai Galleon (5 / 5) est superbe, les autres Gokai Machines ne sont pratiquement pas exploités. C'est d'autant plus dommage que l'idée de les imbriquer les unes dans les autres quand elles ne sont pas utilisées est originale et si le Gokai Jet (1 / 5) et le Gokai Racer (1 / 5) ont des designs pas terribles, j'aime bien l'aspect "coffre au trésor" du Gokai Trailer (3 / 5) et l'ancre à l'avant du Gokai Marine (2,3 / 5). Quant à Gôjûdrill (2 / 5), c'est un char d'assaut au design fort improbable. Enfin, si Mahalcon (3,7 / 5) a un joli design de formule 1, il n'a pas l'aspect d'animal cartoonesque qui est censé caractérisé les habitants de son monde. Les antagonistes sont bien mieux lotis avec leurs navettes (4 / 5) et leur splendide vaisseau amiral Gigant Horse (5 / 5) dont je reparlerai dans le paragraphe "base(s) d'opération".



Méchas (Robots) = 4,5 / 5
À l'exception de l'inesthétique Hurricane Gokaioh (1,5 / 5) qui tente mal d'imiter l'aspect du Senpûjin des Hurricanegers, tous les robots de la série son excellents: Gokaioh (5 / 5) et Kanzen Gokaioh (5 / 5) ont des designs évoquant des pirates, tandis que Shinken Gokaioh (5 / 5) s'inspire plutôt de l'esthétique Samouraï. Gôjûrex (5 / 5) et Gôjûjin (5 / 5) s'inspirent de robots de séries précédentes ayant en commun la thématique des dinosaures (Zyuranger et Abaranger) tout en ayant leur propre identité visuelle. Enfin, Fûraimaru (5 / 5) est une brillante réinvention de ce robot des Hurricanegers combiné à des éléments de Tenkûjin.



Base(s) d'opération = 3,8 / 5
En accord avec le thème de la série, le QG des Gokaigers est l'intérieur d'un galion pirate (5 / 5). En revanche, s'il n'y a rien à redire sur l'aspect extérieur de celui de Zangyack qui évoque un carrosse royal tiré par des chevaux, ce qui renforce leur côté vilains aristocratiques, l'intérieur est hélas beaucoup trop austère (2,6 / 5).



Effets spéciaux = 5 / 5
Rien à redire, la qualité est au rendez-vous et permet de reprendre certaines transformations et attaques des précédentes séries avec de meilleurs effets visuels.



Musique = 3,1 / 5
山下 康介 (Yamashita Kôsuke) signe une partition qui sent bon les films de pirate mais dont peu de morceaux restent en mémoire.



Génériques = 5 / 5
Accompagné de la chanson 海賊 戦隊 ゴーカイジャー (Kaizoku sentai Gokaiger) = Escadron pirate Gokaiger interprétée par 松原 剛志 (Matsubara Tsuyoshi) du groupe Project.R, le générique de début est dynamique et entraînant, reflète le côté hommage de la série en faisant apparaître d'anciens rangers et contient même quelques petits détails destinés aux plus observateurs, comme les primes qui augmentent sur les avis de recherche à mesure que la série avance ou la timide Ahim qui s'efforce de maintenir sa jupe en place quand elle tombe. À noter que le générique possède deux introductions différentes selon les types d'épisodes. Ainsi, celui des épisodes "classiques" débute par l'arrivée des silhouettes des héros devant un fond spatial qui devient le blason de Zangyack avant de céder la place au pavillon des Gokaigers.


Tandis que les épisodes "hommages" débutent par des images des rangers rassemblés pour affronter Zangyack lors de sa première tentative d'invasion. On appréciera le fait que certains plans montrant l'équipe au complet (mais pas tous) on été refaits pour inclure Gokai Silver à partir de son arrivée dans la série. (5 / 5)


Le générique de fin montre les Gokaigers interagir avec humour avec les précédents Sentais à mesure qu'ils sont énumérés dans l'ordre chronologique par la chanson スーパー 戦隊 ヒーロー ゲッター (Super-Sentai Hero Getter) interprétée par Project.R. Évidemment, comme on ne peut pas tout faire tenir dans un seul générique, il y en a trois différents qui se succèdent: le premier va de Goranger à Liveman, le deuxième de Turbo Ranger à Time Ranger et le troisième de Gao Ranger à Goseiger. (5 / 5)




NOTE FINALE = 17,9 / 20